Écoute l’âme qui pleure…: Oser aimer, vivre ensemble PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Chypre, dans le port de Famagouste, le général Otello arrive avec son navire après avoir vaincu écoute l’âme qui pleure…: Oser aimer, vivre ensemble PDF marine turque en Méditerranée et assuré l’autorité vénitienne sur Chypre mais la jalousie, le complot et la vengeance mènent à la tragédie. Il n’y a pas de prélude, l’opéra commence immédiatement Allegro agitato sur un rapide glissando de cordes menant à un formidable coup de tonnerre qui ébranle la salle.


Oser crier quand les maux traumatisent l’âme… Oser écouter les cris du cœur de cette femme… une fleur qui, aux yeux de certains, se fane et n’attirant plus… Oser tendre l’oreille aux sanglots et à la prière de l’enfant, de surcroit de l’orphelin… dans la rue… balloté à tout vent… méprisé par la société… Oser observer ces personnes quittant inconditionnellement leur territoire, leur terre, leur pays, abandonnant tout… Des cœurs qui se meurent d’angoisse… « La vie, est-ce encore possible ? », s’interrogent ces réfugiés essoufflés… C’est encore possible que ces âmes pleurant voient le soleil même à minuit, qu’elles sourient, rient et espèrent à nouveau. Il suffit de les écouter avec empathie et d’enterrer l’égoïsme et la haine qui les marginalisent. Oser aimer et vivre ensemble… pour un monde plus grand, plus prospère…

Il demande, en colère, ce qui s’est passé. Iago, en parfait hypocrite, l’assure de son amitié, mais se garde bien de lui donner la moindre indication. Cependant, Montano n’a-t-il pas été blessé ? La machination de Iago marche à merveille : Otello, furieux, dégrade Cassio qu’il tient pour unique responsable. Iago a décidé de verser le poison de la jalousie dans le cœur d’Otello grâce au naïf Cassio qui apparaît, inconsolable. Desdemona  est le chef de notre chef  car son époux ne vit que pour elle.

Qu’il demande à la clémente Desdemona d’intercéder en sa faveur. En le voyant, elle renvoie Emilia, sa suivante, qui est aussi la femme de Iago pour qu’ils puissent parler seul à seule. Pour Otello, tout est clair : Desdemona est coupable. Malgré son emportement, Otello exige de Iago, s’il ne veut pas connaître sa colère, de lui fournir une preuve tangible de l’infidélité de Desdemona. Costume d’Otello porté par Placido Domingo. Le rideau s’ouvre sur la salle principale du palais. Iago lui dit qu’il va lui apporter la preuve définitive de l’inconstance de Desdemona.

Justement, elle entre et Iago s’éclipse. Iago prétend ne rien savoir et détourne la conversation sur une maîtresse de Cassio, Bianca, mais Iago mène le jeu de façon qu’Otello croie qu’ils parlent de Desdemona. Otello pour qui la  preuve  est décisive. Iago lui suggère qu’elle meure où elle a péché : sur le lit nuptial. Otello nomme Iago capitaine alors qu’au dehors, la foule, au passage de la délégation vénitienne, acclame son chef. Viva il Leon di San Marco!

Lodovico qui s’étonne de l’absence de Cassio. Otello interprète la tristesse de Desdemona et de Cassio comme le fait de leur prochaine séparation. Cette interprétation et la faveur faite à son  rival  est la goutte qui fait déborder le vase. Des difficultés à utiliser ces médias ?

Des difficultés à utiliser ces médias ? Emilia et sa maîtresse sont dans la chambre. Les contrebasses, seules, dans un pianissimo menaçant introduisent un bref interlude : Otello entre et voit sa femme endormie, plus belle que jamais. Soudain, on frappe à la porte, c’est Emilia. Elle révèle que Cassio a tué Roderigo qui l’avait provoqué en duel et remarque avec terreur la forme blanche, étendue sur le lit, qui a encore la force de souffler quelques mots.

Dans un dernier acte d’amour, Desdemona, faiblement, disculpe son mari et prétend s’être suicidée puis meurt. Otello, fou de rage dit qu’il l’a tuée. Lodovico lui ordonne de lui remettre son épée, ce qu’il fait avant de se pencher sur Desdemona et de se lamenter sur sa mort puis, sortant un poignard de sa ceinture, il se suicide. Alain Pâris, Dictionnaire des interprètes, Robert Laffont. Guide des opéras de Verdi, coll. Les indispensables de la musique, Fayard, Paris, 1990, p. Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin,  » Giuseppe VERDI « , Bleu Nuit Éditeur, Paris, 2013.

Piotr Kaminski, Otello dans Mille et un opéras, coll. Les Indispensables de la musique, Fayard, Paris, 2004, p. André Lischke, Étienne Barilier, Jean-Michel Brèque, Alessandro di Profio, Christian Merlin, Pierre Flinois, Christophe Capacci, Jean-Louis Dutronc, Elisabetta Soldini, Otello dans L’Avant-scène Opéra, Paris, 2004, 168 p. Chantal Cazaux,  Giuseppe Verdi mode d’emploi  dans L’Avant-scène Opéra, Paris, 2012, p. Bouquins, Robert Laffont, Paris, 2012, p. En 1974, Herbert Von Karajan filme en studio sa mise en scène en même temps qu’il grave sa version sur disque.

Les multiples représentations et distributions filmées sur scène à partir des années 1970 ressortent désormais en DVD, notamment chez Deutsche Grammophon les productions du Metropolitan Opera dirigées par James Levine, d’abord avec Jon Vickers puis à partir de 1975 avec Placido Domingo. Pendant 25 ans, Placido Domingo va incarner le rôle sur toutes les scènes avec les plus grandes sopranos et les plus grands chefs. Depuis les années 2000, les productions se succèdent rapidement, dirigées par des chefs de premier plan, avec une nouvelle génération d’interprètes venant des États-Unis, d’Espagne, de Russie et des ex-pays de l’Est, dans des mises en scène modernisées, comme celle de Willy Decker à Genève en 2004. Otello de Verdi : partitions libres sur l’International Music Score Library Project. Dictionnaire des interprètes de Alain Pâris, p.