80 fiches d’actualité et de culture générale : Institutions, citoyenneté et société PDF

Parler la République, mais pas seulement ! Il semble que le premier 80 fiches d’actualité et de culture générale : Institutions, citoyenneté et société PDF soit extrêmement réservé à l’idée avancée par le président de la République devant le Congrès de rendre possible la déchéance la nationalité française pour ceux des terroristes qui seraient bi ou tri nationaux. Constitution pour éviter une censure du Conseil constitutionnel. On entend déjà des réserves avancées au nom des grands principes.


L’actualité et la culture générale en 80 fiches concises et astucieuses… autant d’informations, d’approches variées et de réponses sur les grands thèmes des institutions, de la citoyenneté et de la société. chaque fiche est divisée en cinq rubriques : rappel historique ; définitions clés ; textes de référence (juridiques, philosophiques, littéraires) ; exemples d’actualité ; éléments théoriques pour le débat.
Apportant une information riche et fournie sur chaque thème, cet ouvrage est indispensable pour la préparation de tous les concours. Il est rédigé par une large équipe d’enseignants dont de nombreux membres des jurys des différents concours. Parmi les thèmes abordés :
la parité hommes/femmes ; l’homosexualité ; la laïcité ; la pollution industrielle et urbaine ; l’Europe ; la mondialisation ; internet ; les droits de l’homme ; l’emploi, entre 35 heures et flexibilité ; le droit de grève ; l’État ; la loi ; la Constitution ; l’organisation de la Justice ; la démocratie locale ; les partis politiques ; les associations ; le racisme ; le chômage ; pauvreté et processus d’exclusion ; l’avenir de la protection sociale (assurance maladie et retraites) : les violences urbaines…

S’agissant des personnes nées en France elle ouvrirait la voie à d’autres d’autres dégradations du  droit du sol . Le président de la République alors premier secrétaire du PS ne s’était-il pas lui-même élevé vertement contre ce projet émané de l’extrême droite et relayé par la droite ? Peu importe d’où vient une proposition si, au regard des principes et dans le contexte, elle paraît fondée, opportune et efficiente. Et la référence au régime de Vichy qui prévoyait la déchéance de nationalité est à la fois simpliste et injurieuse. Hortefeux les femmes qui portaient le nijab ou les hommes bigames.

Dans la mesure où la perte de la nationalité français ne revient pas à rendre ces personnes apatrides, je ne vois pas en quoi la France s’interdirait de retirer sa nationalité à ceux qui conchient sa culture et ses institutions, qui lui mènent un combat, non pas seulement sur ses valeurs, mais sur ses fondamentaux comme la séparation des Eglises et de l’Etat en voulant instaurer un Etat religieux et un mode vie monolithe. Où est l’atteinte à nos principes ? On peut avoir plusieurs patries de rattachement ou de cœur. Cela est fréquent et tout à fait respectable.

Personnellement je suis choqué de voir des personnes brandir deux ou trois passeports comme de vulgaires et banals titres de circulation ou cartes de crédit. Ensuite dans mon idée la nationalité est plus qu’un sésame administratif, mais quand l’on fait une démarche volontaire pour l’acquérir on affirme son adhésion aux valeurs fondamentales du pays, à une culture, à une histoire quitte à ce que, dans ce cadre de base, il y ait débat démocratique et engagement critique. Si le mot sanction fait peur et conduit au concept de double peine, soyons pragmatiques. Il s’agit de permettre l’expulsion du territoire française de gens contre qui nous sommes en guerre et qui voudrait s’y accrocher en revendiquant d’être français tout en tuant des compatriotes ou des gens vivant en France. La violence des attaques conduit à une contreviolence absolue qui fait que le problème juridique ne se posera pas !

On vise des personnes interpellées vivantes qui auront purgé une sanction criminelle pour un comportement appelant à des actes de violence ou qui auraient pu être partie prenante d’actions de guerre condamnables en France ou à l’étranger. En vérité, peu de personnes seront concernées, mais le message doit être clair et net. Pas d’angélisme pour ceux qui nous vouent aux gémonies. On n’en est pas à ouvrir Guantanamo, mais à dire à ceux qui ont fait le choix d’autres valeurs substantielles à notre culture d’aller les vivre là où ils le souhaitent, mais pas sur le territoire de ceux qu’ils haïssent et combattent. La déchéance ne s’attaquera certainement pas à la racine du mal. On peut difficilement admettre que vivent en France, se nourrissent de la France, des gens qui la combattent. Soyons lucides et proches des réalités.

République doit poursuivre sur son idée et provoquer ce débat sur le lien à la France. L’inverse n’est pas possible : la France ne peut pas retirer sa nationalité à une personne qui acquiert la nationalité française. Pourquoi serions-nous la seule nation exempte de tout trait culturel caractéristique ? Il peut y avoir une culture japonaise ou chinoise ou indienne mais pas française ? Vous croyez que nous sommes différents de tous les autres ? Etre français, c’est pas pareil qu’être allemand ou américain  : des arguments svp. Parce qu’être français, ou allemand ou n’importe quoi, je ne vois pas.

La grande erreur de la gauche , c’est surtout d’être incapable de se défaire des considérations identitaires. De Valls à Le Pen en passant par Chevènement, le chemin est vite tracé. En Allemagne, jusqu’en 2006 je crois, on perdait sa nationalité allemande en en prenant une autre. La raison pour laquelle l’Allemagne autorise désormais la double nationalité a aussi une raison totalement occultée dans le débat actuel : la construction européenne, c. Quand à demander à un allemand ce qu’il pense : non, je n’ai pas  une idée une idée assez précise et convergente , ni mes amis allemands, ni mes anciens camarades de classe de l’école allemande de Paris, ni les membres du corps diplomatique que je fréquentais. Et je partage l’idée dans le commentaire plus haut : être français ou allemand procède essentiellement du hasard de votre naissance.