Accueillir le jeune enfant : Un cadre de référence pour les professionnels ? PDF

Tu peux m’envoyer cet article payant par mail ? Le Nouvel Observateur – Les accueillir le jeune enfant : Un cadre de référence pour les professionnels ? PDF, ou contenus du site nouvelobs. Certification pour l’ASH des professeurs de l’enseignement secondaire.


Accueillir le jeune enfant en l’absence de ses parents : cette fonction sociale indispensable demeure trop peu reconnue dans sa complexité et ses exigences. Dans cette réédition entièrement revue, approfondie et actualisée, les auteures réaffirment sa spécificité et la nécessité d’une véritable professionnalisation de l’accueil des tout-petits, à un moment où les orientations économiques mettent à mal les choix éducatifs.

Permettre au petit enfant de grandir en toute sécurité et aux parents d’être en confiance est une priorité. Les auteures insistent sur l’importance de mieux prendre en compte les besoins spécifiques des tout-petits et dégagent les orientations prioritaires à donner à un accueil de qualité. Elles développent des outils nécessaires pour traduire ces principes dans la réalité : pratiques quotidiennes à promouvoir (les fondamentaux) et dispositifs à mettre en place pour les garantir (cadre de référence, formation, dynamique de projet éducatif).

Bien documenté, cet ouvrage constitue un véritable outil de travail pour tous les professionnels de l’accueil, pour tous ceux qui exercent une responsabilité dans l’encadrement des accueillants, dans la conception et la conduite des projets de formation, dans la mise en oeuvre des structures d’accueil et des politiques de la petite enfance.

À quand le meilleur pour la petite enfance ?

Suzon Bosse-Platière est psychopédagogue, formatrice spécialisée petite enfance.

Anne Dethier, psychologue, est collaboratrice de l’université de Liège, a été chargée de recherche au sein de cette université et conseillère pédagogique à l’ONE (Office national de l’enfance) en Communauté française de Belgique.

Chantal Fleury, psychologue clinicienne de la petite enfance, a été coordinatrice au Centre professionnel et de pédagogie appliquée (CPPA, Val-de-Marne), est actuellement formatrice à l’association Pikler-Lóczy-France.

Nathalie Loutre-Du Pasquier, psychologue clinicienne, a été maître de conférences en psychologie de l’enfant (université Paris X-Nanterre) est actuellement formatrice au CPPA, Val-de-Marne.

Créé en 2004, première session en 2005. 75-534 du 30 juin 1975, articles 35 et suivants, en remplacement des prestations antérieures. 2005-102 du 11 février 2005, article 16. Ancienne allocation pour personnes handicapées dont le handicap nécessite l’aide effective d’une tierce personne. Voir cette rubrique sur ce site. C’est une des prestations d’aide sociale à l’enfance, par intervention d’un service d’action éducative au domicile. Elle est régie par les articles L.

222-3 du Code de l’action sociale et des familles. Elle suppose la demande ou du moins l’accord de la famille. Financées par le FAS, les AEPS étaient des dispositifs d’accompagnement scolaire confiés à des associations. 75-534 du 30 juin 1975, article 9, en remplacement des prestations antérieures.

Destinée à venir en aide aux parents d’enfants ou adolescents handicapés, à partir d’un certain degré de handicap et en fonction de la gravité du handicap. 2014-724 du 27 juin 2014, ils devraient se substituer plus ou moins progressivement aux AVS. Nouveauté notoire : ils peuvent accéder à un CDI, mais après six années de galère obligatoire en CDD, et avec des salaires qui ne décollent guère du SMIC. Voir la page de présentation consacrée aux AVS et AESH. L’AGEFIPH gère le fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Issue de la loi du 10 juillet 1987, elle a pour objet de favoriser l’accès et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées en milieu ordinaire de travail.

Appellation officielle de l’enseignement spécialisé depuis la création du CAPSAIS en 1987, remplacée par l’appellation ASH en 2006. Instaurée et réglementée par le Titre 3 du Livre VIII de la Partie réglementaire – Décrets en Conseil d’État du Code de la sécurité sociale. Ils sont placés sous la responsabilité des municipalités. Payants, les tarifs étant habituellement proportionnés aux revenus des familles. Voir le site Web de l’ANAES. 98-151 du 17 juillet 1998, destiné aux enfants et adolescents atteints de troubles de la santé ou gravement accidentés.

Ce service social est défini par le Code de l’action sociale et des familles, Livre II, Titre II, Chapitre I de la partie législative et Chapitre I de la partie réglementaire. Nouvelle appellation générale de l’enseignement spécialisé, émergée progressivement au cours de l’année scolaire 2005-2006, qui se substitue au sigle AIS. Voir sa version consolidée actuellement en vigueur. Cette création est inspirée du modèle italien des maestri di sostegno.

En réalité, on est loin du compte. Les AESH devraient se substituer progressivement aux AVS à compter de la rentrée 2014. 87-415 du 15 juin 1987, le CAPSAIS a été la certification des enseignants spécialisés de 1988 à 2004. Précédé par le CAEI et remplacé par le CAPA-SH. Les CAE remplissent, sur décision judiciaire, des missions d’investigation et d’éducation en milieu ouvert à l’égard des mineurs délinquants ou en danger. Ils ont parfois également des missions d’hébergement.

Première certification des enseignants spécialisés, le CAEA a été créé par les articles 7 et 14 de la loi du 15 avril 1909. Ses conditions d’obtention ont été fixées par le décret du 14 août 1909. Il a été remplacé par le CAEI en 1963. Ancienne appellation des certifications des enseignants spécialisés.

63-713 du 12 juillet 1963, en remplacement du CAEA et du CAEPA. Le CAEGADV a été institué par un arrêté du 15 décembre 1976. Voir la page consacrée au CAEGADV. Voir aussi la présentation du CAEGADV sur le site du CNFEDS. Le CAEMADV a été institué par un arrêté du 15 décembre 1976. Historiquement, c’est la seconde certification des enseignants spécialisés, créée par le décret du 18 juillet 1939, sur le modèle du CAEA. Certification attribuée sous l’autorité du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales.