Affleure l’abîme PDF

Au fil des années la situation a changé. La qualité générale des flûtes à bec jouées aujourd’hui affleure l’abîme PDF bien meilleure qu’à cette époque.


Il y a beaucoup plus de bonnes flûtes artisanales sur le marché Le niveau de connaissances dans ce domaine a progressé, et les fabricants industriels ont cherché à se rapprocher des instruments historiques. Les renseignements donnés ici peuvent malgré tout intéresser soit les flûtistes possédant un instrument ne fonctionnant pas au maximum de ses possibilités, soit les personnes souhaitant s’initier à quelques uns des « secrets » de la facture de la flûte à bec. L’embouchure d’une flûte à bec est une réalisation de haute précision. Nous demandons à une embouchure fixe et immuable d’émettre avec une tonalité suffisante une gamme chromatique sur une étendue de plus de deux octaves.

Des compromis sont nécessaires pour atteindre ce but. Par ce travail il pourra non seulement améliorer son instrument mais aussi acquérir une meilleure compréhension de son fonctionnement. Il s’agit, au moins dans un premier temps, d’apprendre à réaliser un nouveau bouchon. Ainsi le bouchon initial sera conservé intact de manière à pouvoir être replacé à tout moment dans la flûte. En règle générale il vaut mieux éviter d’effectuer des réglages sur des instruments de très haute qualité réalisés à la main. Plus une flûte est proche de la perfection, plus il faut comprendre l’intention de son créateur pour être capable de la régler convenablement sans risquer de modifier ou de compromettre un équilibre très délicat. Ces travaux sont à confier au facteur lui-même.

Sur les flûtes alto anciennes la hauteur du canal est souvent de 1 mm environ à l’entrée et de 0,9 mm à la sortie. Sur certaines flûtes de conception moderne le canal est plus haut. Une partie des remarques concernant le canal s’applique également au bouchon puisque celui-ci constitue le « plancher » du canal. Sur une flûte de type baroque, au timbre riche en harmoniques, le bouchon est réglé très près du biseau en hauteur. Le Biseau constitue l’arête sur laquelle vient se briser la lame d’air venant du canal pour produire le son. Il est taillé des deux côtés, mais seule la partie extérieure est visible lorsque le bouchon est en place. Son extrémité est très fine et fragile.

Dans les flûtes anciennes il est généralement courbé. Au milieu il affleure la perce de la flûte. 0,5 à 1 mm de largeur, appelées les chanfreins. Ces remarques sont des généralités, variables d’une flûte à l’autre. Elles sont données pour vous permettre de mieux faire connaissance avec votre instrument. Elles correspondent plus ou moins exactement selon le modèle. Bien réglé, il se situe à environ un dixième de millimètre en dessous du niveau du biseau.

L’attaque des notes se fait mal. Certaines de ces anomalies peuvent être rectifiées directement sur le bouchon d’origine, mais je déconseille fortement ces interventions avant d’avoir acquis une expérience suffisante. La fabrication d’un bouchon de rechange évite des erreurs irréversibles. En ce qui concerne les notes instables dans le registre grave, les chanfreins ne sont pas la seule cause.

Il convient donc d’être très circonspect. En gonflant sous l’effet de l’humidité, il se comprime dans la tête de l’instrument sans risque de la fendre. De nombreux facteurs utilisent le « cèdre de Floride » qui est en réalité une variété de genévrier. Il peut se commander en carrelets chez des marchands spécialisés en bois de lutherie. Pour une flûte alto prévoir une section de 25 x 25 mm. Par ailleurs on trouve dans le Sud de la France du genévrier cade qui convient très bien.

240 posé à plat sur une surface très plane peut convenir. Pour employer ma méthode de traçage du bouchon il faut se procurer un modèle précis de pied à coulisse fabriqué par Mitutoyo : type « quadri ». Ce pied à coulisse peut être utilisé comme trusquin pour tracer des traits parallèles à une surface de référence. Il existe également sur le marché un pied à coulisse similaire en matière plastique de fabrication suisse dont le prix est beaucoup plus modeste.

A défaut, l’on peut se servir d’un pied à coulisse ordinaire pour les prises de mesures, et se confectionner des petites cales en bois très précises pour servir de trusquin, ou encore, utiliser un trusquin de menuisier. Toutefois, le réglage de celui-ci de façon suffisamment précise n’est pas facile. Nota : les outils de fabrication japonaise ne doivent pas être meulés sur une meule sèche. Vous pourrez y ajouter tout outil vous paraissant utile.