Albert Cohen ou Solal dans le siècle PDF

Son grand-père préside la communauté juive locale. Issus d’une famille de fabricants de savon, les parents d’Albert Cohen ou Solal dans le siècle PDF décident d’émigrer à Marseille après un pogrom, alors qu’Albert n’a que 5 ans.


Né le 4 août 1895, Albert Cohen aurait eu cent ans cette année. L’auteur de l’une des oeuvres majeures du siècle n’a pas connu l’éclipse que connaissent la plupart des grands écrivains avant de passer pleinement à la postérité et son oeuvre a pris place parmi les classiques. Toutefois, dans l’actualité de notre époque et du destin juif en particulier, la vie et l’oeuvre du créateur de Solal et de Belle du Seigneur prennent un autre visage et des accents nouveaux. C’est eux que son ami Jean Blot s’efforce de découvrir et d’exprimer.
Romancier et critique, Jean Blot a consacré de nombreux essais et un livre à Albert Cohen. Sa vision originale révèle l’homme et l’oeuvre dans ce qu’ils ont de plus secret, tout en les replaçant à leur juste place dans la littérature juive et française.

Ils y fondent un commerce d’œufs et d’huile d’olive. Il évoquera cette période dans Le Livre de ma mère. Le jeune Albert commence son éducation dans un établissement privé catholique. En 1914, Albert Cohen quitte Marseille pour Genève. Il s’inscrit à la faculté de droit de la ville en octobre. Il obtient sa licence en 1917 et s’inscrit à la faculté des lettres où il restera jusqu’en 1919. En 1925, Albert Cohen prend la direction de La Revue juive à Paris, qui compte à son comité de rédaction Albert Einstein et Sigmund Freud.

En 1941, il propose de regrouper les personnalités politiques et intellectuelles européennes réfugiées à Londres dans un comité interallié des amis du sionisme qui aidera la cause d’un État juif, une fois la paix revenue. En effet, les dirigeants sionistes choisissent de porter tous les efforts sur le sauvetage des Juifs d’Europe quitte à sacrifier l’avenir politique. Cohen est alors chargé par l’Agence juive pour la Palestine d’établir des contacts avec les gouvernements en exil. Il s’irrite vite de la méfiance de ses supérieurs de l’Agence juive. Le 10 janvier 1943, la mère de Cohen meurt à Marseille. Cette même année il rencontre Bella Berkowich, qui deviendra sa troisième épouse. En 1947, il rentre à Genève.

Il est directeur d’une des institutions spécialisées des Nations unies. En 1957, il refuse d’occuper le poste d’ambassadeur d’Israël, pour poursuivre son activité littéraire. Albert Cohen souffre de dépression nerveuse et manque de mourir d’anorexie en 1978. Cette mort qu’il attend à chaque instant depuis toujours, ne veut pas de lui. Marcel Pagnol avait fait toute sa vie : la promotion de son œuvre. Marie Curie, il affirme qu’elles sont l’œuvre de  son mari, voyons ! En mai 1981, il publie dans Le Nouvel Observateur son dernier texte,  Aimer et être aimé , qui rend hommage à l’amour qui l’unit à sa femme.

Albert Cohen meurt à 86 ans, le 17 octobre 1981, des complications d’une pneumonie. Bella Cohen est morte le 1er décembre 2002, à 83 ans. En 1921, Albert Cohen publie Paroles juives, un recueil de poèmes. Cohen a pensé un temps intituler  La geste des juifs , ou  Solal et les Solal . Le roman, préfigurant en quelque sorte Belle du Seigneur, raconte la jeunesse du jeune Grec sur l’île de Céphalonie, ainsi que ses premières amours. Le livre bénéficie en France d’une critique exceptionnelle. Cohen, c’est James Joyce, Erskine Caldwell, Rabelais réunis, avec en plus la magie des Mille et Une Nuits.

Les critiques anglaise, autrichienne, italienne ou helvétique s’expriment sur le même ton. Aux analyses sentimentales s’ajoutent l’observation amusée du milieu de la Société des Nations. L’œuvre reçoit le grand prix du roman de l’Académie française. Albert Cohen est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1970.

Belle du Seigneur, considéré par certains dont Joseph Kessel comme un roman central de la littérature française, est un hymne éternel à la femme, objet de fascination et de désespoir pour l’auteur. Les Liaisons dangereuses l’espoir d’un amour qui ne serait pas basé sur une stratégie guerrière. Le livre est un succès public. Daniel Jacoby, Le Préau des collines, 2004. Christel Peyrefitte, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993 Contient : Paroles juives – Solal – Mangeclous – Le Livre de ma mère – Ézéchiel – Les Valeureux – Ô vous, frères humains – Carnets 1978.