Alcoolisme (Les Grands Articles d’Universalis) PDF

Il naît dans une riche famille d’origine arménienne. Le petit Arthur n’a que 4 ans quand ses parents quittent la Russie en 1914 pour l’Allemagne, puis Genève et Mayence. Comme de nombreux Russes fortunés de l’époque, alcoolisme (Les Grands Articles d’Universalis) PDF jeune Arthur est élevé en français. Il fait ses études en Suisse et en Allemagne.


Le mot alcoolisme désigne tout à la fois les manifestations individuelles de l’intoxication par l’alcool éthylique et les problèmes sociaux que posent à la collectivité qui doit les gérer les phénomènes psychologiques, pathologiques et accidentologiques résultant de cette intoxication…

Dès 1924, il s’installe à Paris où il fréquente les milieux surréalistes et participe à la publication de la revue Discontinuité. La guerre d’Algérie pendant la seconde moitié des années 1950 radicalise l’écrivain qui, dans  les années 60, adhère au communisme, puis – après 1968 – à divers courants d’extrême-gauche. En 1960, il signe le Manifeste des 121, déclaration sur le  droit à l’insoumission  dans le contexte de la guerre d’Algérie. Le théâtre d’Adamov, d’abord influencé par le surréalisme, se rattache au courant du théâtre de l’absurde. La Nouvelle Critique, numéro spécial Arthur Adamov, août-septembre 1973.

Robert Abirached, Ernstpeter Ruhe, Richard Schwaderer, Lectures d’Adamov. Actes du colloque international Würzburg 1981, Tübingen, Narr, Paris, éditions J. Chahine Samia Assad, Regards sur le théâtre d’Arthur Adamov, Paris, Nizet, 1982. Jacqueline Adamov,  Censure et représentation dans le théâtre d’Arthur Adamov , in P. L’Onirisme et l’insolite dans le théâtre français contemporain. Actes du colloque de Strasbourg, Paris, Éditions Klincksieck, 1974. Bernadette Bost,  Les répétitions-variations ou l’impossible même dans Si l’été revenait d’Arthur Adamov , in B.

René Gaudy, Arthur Adamov, Paris, Stock, coll. René Gaudy,  Révélation sur la mort de A. Marie-Claude Hubert, Langage et corps fantasmé dans le théâtre des années cinquante : Ionesco, Beckett, Adamov, Paris, Corti, 1987. Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2008.

Alexandra Marié,  Adamov rêvé par Planchon. Pierre Mélèse, Arthur Adamov, Paris, Seghers, coll. Théâtre de tous les temps , 1973. Olivier Neveux,  La Mélancolie d’État : Si l’été revenait. Persistance politique du théâtre d’Arthur Adamov , in Journées de l’action culturelle. Jean-Pierre Sarrazac,  Adamov devant Strindberg : la dramaturgie de l’aveu , Théâtres du moi, théâtres du monde, Rouen, éditions Médianes, coll.