Almanach du Quercy 2012 PDF

Aujourd’hui, le terme province reste utilisé pour désigner les ensembles géographiques régionaux qui en sont issus, et qui conservent une identité culturelle et linguistique. Quel que soit le siècle ou le dictionnaire consulté, la définition du mot reste souvent floue, en raison de la coexistence de plusieurs systèmes de découpages territoriaux sous l’Ancien Régime. Essais de définition : il s’agit d’un territoire, en général de grande étendue, dont les habitants se reconnaissent des origines, des mœurs, des usages, des langues et des institutions communes, qui se sont traduites par des statuts, coutumes et des privilèges particuliers, en général différents des provinces voisines. Il est digne de remarquer que les vieux états almanach du Quercy 2012 PDF ont conservé jusqu’à une époque très voisine de nous, leur nom, leurs limites et une sorte d’existence morale dans les souvenirs et les affections des hommes.


L’étymologie latine du terme nous renseigne sur son sens premier : pro vincere, terroir conquis. Chaque province romaine de la Gaule ou provincia avait une définition juridique précise, des limites clairement définies et des structures administratives codifiées. Les métropoles sont les territoires sous la juridiction d’un archevêque métropolitain, appelées aussi provinces parce qu’elles sont issues des provinces romaines dont les premiers évêques ont assuré l’administration lors de la chute de l’Empire romain. Elles sont constituées des diocèses qui ont, selon le même processus, succédé aux anciennes civitas ou cités gauloises romanisées, et qui en ont presque toujours conservé le nom d’un ancien peuple gaulois, donné aussi au chef-lieu du diocèse. Les circonscriptions ecclésiastiques, en raison de leur statut de main-morte, sont les plus anciennes circonscriptions territoriales et les plus stables, depuis l’Antiquité tardive jusqu’à la refonte générale de 1802. Ces quelque 130 circonscriptions subsistent actuellement regroupées dans les 90 départements et dans leurs chefs-lieux, bien que leurs ethnonymes aient été remplacés par des noms de géographie physique : fleuves, rivières, montagnes, côtes.

Article connexe : Liste des évêchés et archevêchés français. Quelques auteurs tentent d’assimiler le concept de province à celui de généralité. Sans doute les concepts coïncident-ils occasionnellement lorsque, précisément, l’étendue d’une généralité recoupe peu ou prou celui d’une entité territoriale plus ancienne. Contrairement aux provinces ecclésiastiques, leur étendue varie au cours de l’histoire en fonction des possessions de leur titulaires, ou de remaniements politiques. Normandie est divisé en deux gouvernements militaires.

Les  trente-six gouvernements  correspondent à l’époque moderne aux provinces dont dépendent tous les fiefs et arrière-fiefs qui sont autant de circonscriptions territoriales pour la défense et la maréchaussée, la levée des hommes d’armes, la construction des places, des arsenaux et des châteaux, les juges d’armes, et donc aussi toutes les questions de noblesse, d’armoriaux, etc. Ces trente-six gouvernements correspondent, avec les régions rattachées à la France depuis 1791, à ce qu’on appelle aujourd’hui les  anciennes provinces de France . Provinces de France avant 1789 et territoires aujourd’hui français ne faisant pas partie du royaume en 1789. Cette province trouve son origine dans le domaine royal franc, c’est-à-dire le domaine relevant directement de l’autorité du roi de France.

Cette province trouve son origine dans le comté d’Orléans. Le duc de Normandie avait eu pour fiefs la Petite Bretagne brièvement au cours du xe siècle, puis la Grande-Bretagne de 1066 à 1201. Duché de Guyenne et de Gascogne en 1789. France pour entrer dans le Saint-Empire et faire partie des Pays-Bas espagnols. Le Nivernais, bien que dépendant du royaume de France, n’avait pas été rattaché au domaine royal en 1789. Plus ville d’Avignon, également fief pontifical. La principauté d’Orange avait quant à elle été rattachée à la France en 1713.