Almanach du solognot 2012 PDF

Cet article est une ébauche concernant la presse écrite. Si ce bandeau n’almanach du solognot 2012 PDF plus pertinent, retirez-le. Le premier journal en France, fondé par Théophraste Renaudot en 1631, était un hebdomadaire national : La Gazette. Dès 1631, Renaudot fait envoyer sa GAZETTE dans les grandes villes de province.


Imprimée dans la nuit du vendredi, elle paraît à Paris le samedi matin. Renaudot est obligé de favoriser les réimpressions régionales officielles distribuées par des Bureaux d’Adresses ou non, en proposant une remise de prix pour l’impression des Nouvelles Ordinaires et de la Gazette dans le même journal, par exemple, dès 1633 à Lyon et Aix. Ces mesures visent à inciter les libraires à payer un bail au Bureau d’Adresses de la famille Renaudot, ainsi qu’à économiser le papier, toujours plus cher à cause de la fiscalité royale. Fils et neveux se succèderont à la tête de l’entreprise jusqu’en 1749, date à laquelle le Privilège de la Gazette sera revendu à Pierre Nicolas Aunillon. Le Ministère des Affaires étrangères rachètera l’affaire en 1751. L’édition toulousaine nous apprend dans son no 2 du 9 janvier 1745, qu’on débite chez l’imprimeur Claude-Gilles Lecamus, le calendrier de la Cour du Parlement de Toulouse, contenant ce qu’on a trouvé de plus utile aux gens d’Affaires et l’Almanach journalier avec les lunaisons, les éclipses, les Foires des Villes qui sont à dix ou douze lieues et le nouveau Chemin de Barèges. Pierre Nicolas Aunillon, conseiller du roi, nouveau propriétaire de l’onéreux privilège de la Gazette, s’endette et doit augmenter le prix des différentes redevances de province.

Certains fermages ne sont plus payés et l’argent rentre mal. Depuis 1745, le libraire Antoine Boudet, publie avec permission les Affiches de Paris. Le Chevalier de Meslé prétend avoir inventé ce journal le premier et obtient, le 9 mai 1749, le privilège exclusif des feuilles périodiques. Aunillon, qui possède le droit sur la Gazette et les Affiches s’oppose à cette attribution frauduleuse. Le chevalier tente donc de s’emparer du monopole de la Gazette et échoue à trois reprises. Ces luttes et procédures finissent de ruiner le Conseiller et le Chevalier. Pour s’en sortir, Meslé s’associe avec Louis Dominique le Bas de Courmont, trésorier-payeur de la ville de Paris.