Anesthésie-réanimation en chirurgie cardiaque PDF

Cet article est une ébauche concernant la médecine. Les signes paracliniques sont issus des examens complémentaires : radiographie, scanner, prise de anesthésie-réanimation en chirurgie cardiaque PDF, etc.


En constante évolution, l’anesthésie-réanimation en chirurgie cardiaque a connu un développement remarquable ces vingt dernières années. Les progrès technologiques de la chirurgie cardiaque et les avancées thérapeutiques en anesthésie-réanimation ont permis d’asseoir cette spécialité. Ces nouveautés ont bouleversé la stratégie de prise en charge des patients adressés pour chirurgie cardiaque. Et les modifications physiopathologiques qui s’associent à chaque étape de cette prise en charge, dont la connaissance (physiologie cardiocirculatoire et hémodynamique) est un prérequis indispensable à un exercice clinique de qualité, imposent une réflexion moderne et exhaustive.

Ce contexte foisonnant a conduit les auteurs, 8 ans après la 1re édition, à actualiser nos connaissances dans ce domaine spécifique. Il n’existait pas de monographie en langue française réunissant les informations théoriques nécessaires à la pratique de l’anesthésie-réanimation en chirurgie cardiaque. Des experts francophones se sont regroupés pour mener à bien ce projet ambitieux et proposer un ouvrage de référence parfaitement actualisé.

Tous les grands aspects de l’anesthésie et de la réanimation en chirurgie cardiaque sont abordés, depuis l’évaluation préopératoire du patient jusqu’aux complications graves de réanimation en passant par le monitorage et les stratégies de prise en charge péri-opératoire. Pour chaque étape de la prise en charge des opérés de chirurgie cardiaque, les différentes stratégies de prévention du risque de la chirurgie cardiaque sont présentées en fonction de la nature de l’intervention.

Les nouveautés technologiques (procédures mini-invasives aortiques et mitrales, monitorage de la fonction cérébrale) et physiopathologiques (stratégies ventilatoires péri-opératoires, syndrome de réponse inflammatoire systémique, cardiopathies congénitales à l’âge adulte) sont largement évoquées. L’ouvrage se voulant exhaustif, des sujets plus rarement traités comme la prise en charge de l’obèse ou du sujet âgé, les douleurs chroniques post-opératoires en chirurgie cardiaque ou la fibrillation atriale post-opératoire y figurent également, et les spécificités de L’anesthésie cardiaque pédiatrique n’ont pas été oubliées.

Didactique, cet ouvrage explique le raisonnement qui justifie les décisions thérapeutiques à toutes les étapes de la prise en charge des opérés de chirurgie cardiaque. On y retrouve les éléments indispensables à la compréhension des interventions chirurgicales réalisées aujourd’hui, en particulier les procédures mini-invasives aortique et mitrale et les assistances circulatoires les plus complexes. Indispensable, il permet de comprendre à la fois les stratégies de prévention du risque cardiaque péri-opératoire et les modalités de traitement des complications post-opératoires liées à la pathologie de l’opéré ou à la chirurgie.

L’anesthésiste-réanimateur qui s’initie à la chirurgie cardiaque trouvera dans cet ouvrage les éléments qui lui permettront de mieux comprendre les modalités de prise en charge de ces malades adressés pour des chirurgies de plus en plus diverses. Celui plus familier de l’anesthésie en chirurgie cardiaque cherchera la justification de son attitude préventive et curative.

Les signes généraux sont des signes très peu spécifiques : ils ne portent pas de caractéristique d’organe et sont communs à de nombreuses affections. Ils permettent d’évaluer l’état global du patient, et le retentissement de la maladie. Ce signe ne doit pas être confondu avec l’anorexie mentale. La combinaison de l’asthénie, de l’anorexie et de l’amaigrissement consiste en une altération de l’état général. Ces trois signes peuvent aussi bien être témoins d’une maladie somatique que d’une maladie psychiatrique, comme la dépression. Article détaillé : Examen clinique cardiaque et vasculaire. Article détaillé : Examen clinique pulmonaire ou respiratoire.

Article détaillé : Examen clinique de l’appareil digestif. La sémiologie quantitative a un rôle important dans le raisonnement médical. Par exemple, l’observation d’un signe pathognomonique, comme le signe de Köplik, donne avec certitude le diagnostic. Ce type de signe a une valeur prédictive positive égale à un. En France, la sémiologie est enseignée en deuxième année de médecine et en troisième année. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Rechercher les pages comportant ce texte.