Arcadie : La vie homosexuelle en France, de l’après-guerre à la dépénalisation PDF

Il n’existe pas d’organisation qui regroupe l’ensemble des LGBT et de nombreuses structures existent dans différents pays à travers le monde. Le mouvement se concrétise notamment arcadie : La vie homosexuelle en France, de l’après-guerre à la dépénalisation PDF des actions militantes, culturelles et artistiques ou des manifestations de rue telle que la Marche des fiertés.


Arcadie fut le premier mouvement homosexuel en France, le plus important en nombre, en longévité… et même un pionnier! Fortement contestée dans les années 1970 avec l’émergence d’une culture radicale du coming out, l’association Arcadie fut dès lors reléguée aux oubliettes. On n’en parlait plus guère ou alors pour s’en moquer, ou pour fustiger une culture du « placard » prude et désuète. On y voyait une préhistoire un peu honteuse de la culture gaie et lesbienne. Cette lecture n’est-elle pas réductrice? En défrichant les archives du mouvement, en recueillant des témoignages et notamment celui du fondateur André Baudry, aujourd’hui « réfugié » en Italie, l’historien travaille à replacer ce combat dans le contexte social de la France de l’après-guerre jusqu’à la dépénalisation de l’homosexualité, au début des années 1980. Le texte, savoureux et rigoureux, restitue ainsi la vie des homosexuels de cette époque. On y croise, à Paris et en province, des figures étonnantes, intellos ou populaires, anonymes ou célèbres, comme Jean Cocteau ou Michel Foucault. Arcadie défendait la respectabilité des couples « homophiles » et représentait un refuge pour une population semi-clandestine. Elle a constitué une « culture homosexuelle », a inspiré la dépénalisation de l’homosexualité, défendait la vie en couple et l’adoption… C’est le combat d’une génération qui entre étrangement en résonance avec les combats d’aujourd’hui sur le mariage et l’homoparentalité. Dès lors, ces homosexuels étaient-ils d’affreux conventionnels ou des avant-gardistes méconnus?

Allemagne est considérée comme un État très libéral, et Berlin tout particulièrement. Le Comité scientifique humanitaire devient officiellement la première association au monde à prendre la défense des droits des homosexuels. Des ramifications sont développées dans nombre de pays occidentaux, mais à une échelle encore restreinte. La première revue homosexuelle a paraître en France est Akademos en 1909.

Alors que la sous-culture homosexuelle sort de l’ombre en Allemagne, elle demeure principalement le fait des hommes. Le mouvement homosexuel fait véritablement son apparition en juin 1969, au cours des émeutes de Stonewall qui explosent à New York autour du bar Stonewall Inn. La première  Marche nationale pour les droits et les libertés des homosexuels et lesbiennes  organisée par le CUARH à Paris le 4 avril 1981. En France, les premières initiatives de parole publique apparaissent dans la revue Arcadie, fondée en 1954 par André Baudry. La première grande action du militantisme homosexuel a lieu au début de l’année 1971. Rapidement des GLH se créent dans toutes les principales villes françaises. Chaque groupe est autonome et développe un axe idéologique qui lui est propre.