Archéologie médiévale, N° 42/2012 : PDF

Quel os Dieu a-archéologie médiévale, N° 42/2012 : PDF-il vraiment pris à Adam pour créer Eve ? Techno  du Monde dans lequel elle est publiée, m’ont fait part de leur détresse et de leur sensation de manque. La création d’Eve selon une mosaïque de la Chapelle palatine de Palerme.


Les articles du volume 42 de la revue Archéologie Médiévale illustrent bien la vitalité de ce domaine derecherche. Outre la France, ils abordent en effet un espace géographique large, de la Scandinavie àl’Italie, à des échelles variables, allant de la vue d’ensemble – comme celle qui porte sur les « placescentrales » –, au zoom, par exemple sur le logis du Grand Sacristain à Cuxa ou l’habitat rural deGurgy.L’archéologie funéraire, notamment les rites, occupe une part importante du volume. La fin de lapériode médiévale est particulièrement concernée, avec une étude des inhumations en tempsd’épidémie et une approche interdisciplinaire sur une pratique, surprenante pour nos mentalités duXXIe siècle, les sépultures de coeur.

L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. C’est ainsi que la Bible décrit la création d’Eve, à partir d’une côte d’Adam. Scott Gilbert s’est donc adjoint les services de Ziony Zevit. Hormis quelques rares cas pathologiques d’ossification pénienne, l’homme a quant à lui égaré cet ustensile quelque part au cours de son évolution et cette absence n’a pas pu passer inaperçue auprès des peuples de l’Antiquité qui vivaient dans la proximité des animaux. Enfin, Scott Gilbert a, non sans humour, gardé pour la fin un dernier et subtil argument anatomique. Le texte de la Genèse, en disant que Dieu  referma la chair  au terme de son prélèvement chirurgical, sous-entend une cicatrice, voire une suture. Jusqu’à quarante ans, j’ai cru que c’estoit un os , disait Henri IV en parlant de la partie virile de son anatomie.