Arts et sciences à la Renaissance PDF

Cet article est une ébauche concernant la arts et sciences à la Renaissance PDF et la Renaissance. La peinture de la Renaissance est, comme tout l’art de la Renaissance, influencée par l’Antiquité. La technique de la peinture à l’huile. Les lois de la perspective linéaire albertienne.


Les différents chapitres de cet ouvrage s’intéressent à  » l’art-science « , c’est-à-dire au mélange de sciences et d’arts dans la peinture, l’architecture, la sculpture, la musique ou la poésie à la Renaissance. Ils expliquent les investigations que les artistes vont entreprendre pour rendre compte exactement du réel et pour imiter parfaitement la nature. Les peintures de Léonard de Vinci sont instruites par les pratiques de la dissection et les connaissances anatomiques. Les peintres et les architectes inventent des méthodes de représentation en perspective. Les anamorphoses, au contraire, leur servent à déformer curieusement le réel. Dans son traité de sculpture, Alberti donne un tableau des mesures humaines et propose un appareil qui repère chaque point de la statue par des coordonnées. Vincenzo Galilei entreprend des expériences sur les cordes de son luth, qui inaugurent une nouvelle physique. Johannes Kepler établit un lien entre consonances et polygones constructibles à la règle et au compas. Jacques Peletier du Mans, invente la  » poésie scientifique « . Tandis que les ouvrages de botanique, de zoologie, de géométrie ou de fortification contiennent des images aussi fidèles que possible à la réalité, mais aussi des images d’êtres mythiques.

Le nu, qui traduit la compréhension de la nature du corps humain de la part des artistes. L’apparition de la notion de paysage et celle de décors riches et variés. Les genres du portrait et de la nature morte. Les techniques à fresque sur murs, plafonds et voûtes. Le bois est remplacé par la toile, qui est plus économique.

Jan Van Eyck sans l’inventer, améliore la peinture à l’huile. Technique des 3 nuances – la tonalité moyenne est obtenue par mélange de la nuance la plus foncée avec la plus claire. Jan Van Eyck était un virtuose de la perspective à point de fuite central, comme on peut le voir dans le portrait des Époux Arnolfini qu’il peignit en 1434, donc avant la rédaction du de Pictura de Alberti. La thèse d’Alberti, publiée en 1511, a diffusé la première méthode de perspective optique. Article détaillé : Écoles italiennes de peinture. Humanisme, on place l’homme au centre des préoccupations.

Ce qui importe est la manière dont l’homme regardera ce tableau. L’homme devient la mesure de référence. La perspective doit donc respecter les lois physiques du monde, et l’association entre la lumière et l’ombre des corps. Masaccio veut représenter dans le tableau la réalité  objective . Il est traditionnellement présenté comme le premier peintre moderne.

Il a en effet introduit dans l’art occidental la notion de vérité optique, de perspective et de volume. Piero della Francesca consigna ses études sur le réalisme visuel et la perspective linéaire dans ses ouvrages vers la fin de sa vie. La Flagellation du Christ, 1477-1479, Urbino. Le dessin prime sur la couleur. Proche du Roi François Ier, il passera la dernière décennie de sa vie en France, ce qui explique le fait que la Monalisa del Giocondo soit aujourd’hui la propriété du musée du Louvre. Ces chefs-d’œuvre de la Renaissance sont les fresques les plus connues au monde. La Vierge au chardonneret, 1507, musée des Offices de Florence.