Atlas de l’Egypte des pharaons PDF

Article détaillé : Momification en Égypte antique. Il y avait aussi des momies chrétiennes en Égypte antique. L’adoption progressive du christianisme par la population égyptienne n’a pas brutalement mis un terme à la pratique de la momification. Alexandrie, puis progressivement atlas de l’Egypte des pharaons PDF le reste du pays.


Voici deux siècles, la redécouverte de l’Égypte antique et le déchiffrement des hiéroglyphes ont donné naissance à une science fascinante : l’égyptologie ou l’étude de la civilisation pharaonique. Aujourd’hui, les travaux se poursuivent avec les fouilles archéologiques sur le terrain, l’étude de monuments et la traduction de nouveaux textes. D’étonnantes découvertes nous convient à renouveler des idées que l’on pensait pourtant acquises. De la fin de la préhistoire au siècle de Cléopâtre, cet atlas nous invite à partager les résultats de ces recherches. Mais il nous fait d’abord voyager – et rêver – sur les rives du Nil, au cœur d’une Égypte qui n’a rien perdu de sa magie ni dévoilé tous ses mystères…

La pratique de la momification n’a jamais été interdite par les textes canoniques chrétiens. Le fait que les chrétiens croient à la résurrection des morts s’accorde d’ailleurs parfaitement avec la volonté de préservation des corps. Une étiquette en bois inscrite attachée à la momie, à l’époque romaine, servait à identifier le corps parmi les dizaines entassés lors des inhumations collectives. Cette médecine est introduite en Europe lors du retour des croisades.

En 1888, les momies de 300 000 chats sont découvertes dans une nécropole égyptienne. Depuis les années 1970, on a retrouvé en Chine plusieurs corps embaumés dans un état de conservation exceptionnel. La même année, huit corps momifiés sont découverts à Qilakitsoq, au Groenland. En 1974, à Mawangdui à 300 km au nord de Jingzhou, une momie est découverte, présentant des caractéristiques de conservation elles aussi exceptionnelles. Malheureusement la chaleur ambiante et le peu de connaissance des archéologues de la région dans le domaine ont rapidement abîmé le corps lors de sa découverte. Mais le mieux conservé de ces corps est sans conteste celui de Xin Zhui, découvert en 1972 près de la ville de Changsha dans le Hunan et autopsié par Peng Longxiang.

Cette femme appartenait à l’aristocratie : elle était l’épouse du marquis de Daï, morte vers -160. Son poids, 75 kg, comme le mobilier retrouvé dans le tombeau, indiquent qu’elle était bonne vivante, voire gourmande. Des momies dans un état de conservation analogue ont également été retrouvées au Viêt Nam. La technique de conservation de ces momies chinoises est décrite dans l’article embaumement.

Il y a environ 500 ans, neuf membres d’une même famille ont été étranglés dans le désert de Gobi. Les assassins ont abandonné les corps, les cordes encore accrochées à leurs cous brisés. Des bergers les ont découverts en 1974, momifiés par l’air du désert. En 1983, 96 cadavres superbement conservés de Chinchorros sont retrouvés sous un massif au centre de la ville d’Arica au Chili : voir Histoire du Chili. Les corps sont décharnés, les organes internes sont extraits et les principaux muscles enlevés.

Puis ils sont écorchés avec des os et leur intérieur est desséché à l’aide de braises ou de cendres. Ils sont ensuite raidis par des perches de bois, les rotules et les articulations des coudes sont râpées et bloquées par des pièces de bois maintenues par des cordelettes. Au Japon, des moines : les sokushinbutsu étaient momifiés. 1976 par l’équipe de tournage de la série L’Homme qui valait trois milliards.

Incas ont été retrouvés dans les montagnes, préservés par la glace. Il s’agissait d’enfants souvent nobles sacrifiés pour apaiser les dieux, lors d’éruptions volcaniques, de tremblements de terre ou lorsque l’Inca était gravement malade. Ata, humanoïde de quinze centimètres découvert en 2003 dans le désert d’Atacama. Les momies de Saint-Michel de Bordeaux un groupe de soixante momies qui ont été présentées au public jusqu’en 1979. 1983 nous avons des témoignages officiels concernant la diffusion, en Europe, de momies égyptiennes, de préparations à base de momie et de succédanés de momie : cadavres humains ou animaux retrouvés dans des marais, corps de criminels exhumés et volés. Il cite aussi la mumia sine mumia ou le corps embaumé, desséché et endurci. Bertrand, Dictionnaire étymologique des mots français venant de l’arabe, du turc et du persan, L’Harmattan, 2013, p.