Attention vénéneuse PDF

Si ce bandeau attention vénéneuse PDF’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


Le combat contre la mort est le quotidien du Dr Evelyn Sutcliffe, médecin aux urgences de l’University Hospital. C’est seulement dans son appartement refuge de Manhattan qu’elle peut oublier l’angoisse et le stress. Mais, le soir où elle doit y fêter l’anniversaire de sa rencontre avec le psychiatre Phil Carchiollo, elle se retrouve une fois de plus au chevet d’un ami dont la vie ne tient plus qu’à un fil. Cet ami, un confrère qui préparait le fameux dîner chez elle, s’est empoisonné en goûtant les étonnants champignons qu’elle venait de recevoir. A qui était destiné ce cadeau vénéneux ? A l’un de ses invités ou à Evelyn elle-même ? Le Dr Sutcliffe doit se rendre à l’évidence : un tueur rôde dans les couloirs de l’hôpital et ses crimes ne font que commencer…

Mante chinoise, imitant les brindilles environnantes, contrairement à sa proie bien visible. Le mimétisme est une stratégie adaptative d’imitation. Cela permet par exemple à une espèce d’échapper à d’éventuels prédateurs. 1878 le phénomène selon lequel deux espèces non mangeables différentes vont adopter une même apparence de leur livrée, leurs prédateurs apprenant plus vite à se méfier d’elles. C’est en leur honneur que les deux principaux types de mimétisme sont nommés : le mimétisme batésien et le mimétisme mullérien.

Le modèle, émetteur de stimuli ou de signaux perceptibles par les sens, autrement dit l’espèce référence. Le mime , celui qui imite l’espèce référence, animale ou végétale, et qui tire avantage de sa ressemblance avec le modèle. On l’appelle aussi  opérateur  car la pression sélective s’exerce à travers lui : c’est l’acteur de l’évolution du mimétisme. L’une de ces formes de mimétisme est le mimétisme batésien, nommé d’après son découvreur, un naturaliste anglais du XIXe siècle nommé Henry Walter Bates. L’imité, au contraire, en souffre, car les prédateurs risquent de comprendre que dans de nombreux cas le signal d’avertissement n’est pas honnête. L’exemple le plus cité pendant longtemps venait de l’étude de Brower des papillons monarque et vice-roi.

En plus des papillons, d’autres modèles du mimétisme batésien sont des insectes sociaux comme les fourmis et les guêpes. Le mimétisme batésien en tant que concept théorique est bien défendu par des preuves empiriques et par des analyses quantitatives. Aujourd’hui, le mimétisme batésien est reconnu comme une nette réponse évolutive qui a lieu dans de nombreuses parties du monde et concerne de nombreuses espèces. Le mimétisme mullérien, en revanche, est différent, car les deux espèces sont nocives, et donc il n’y a pas duplicité.