Automne : études de philologie de linguistique et de stylistique PDF

Denis Diderot sans doute entre automne : études de philologie de linguistique et de stylistique PDF et 1773. Il s’agit d’une discussion à bâtons rompus entre Moi, le narrateur, philosophe, et Lui, Jean-François Rameau, neveu du célèbre compositeur Jean-Philippe Rameau. Vertumne est en effet le dieu du changement de temps et des saisons.


Moi est à la fois un intervenant du dialogue et le narrateur qui relate l’entrevue. C’est Rameau, quand il apparaît qui l’interpelle comme philosophe :  Ah, vous voilà, monsieur le philosophe ! Moi joue surtout un rôle maïeutique : il fait parler Rameau, le pousse à approfondir ses réflexions et recentre par moments la conversation. Il semble regarder Rameau avec indulgence ou amusement mais c’est néanmoins Lui qui impose sa vision immorale mais cynique de la vérité. Il présente surtout une vision matérialiste et cynique de la vie. En fait, Lui et Moi sont surtout allégoriques et le dialogue est surtout celui de Diderot avec lui-même et plus exactement entre deux facettes inconciliables de ses considérations morales.

Plus généralement encore, Le Neveu de Rameau manifeste l’écart entre la réflexion philosophique et la réalité quotidienne. Le neveu de Rameau est à la fois artiste, fantasque et cynique. Comparé au  Neveu , le philosophe incarne en lui la réflexion. Il a surtout pour but de donner la réplique au Neveu. Rameau réfute les valeurs morales imposées par la société : vertu, amitié.

Il pense qu’il faut être immoral pour pouvoir réussir. Le philosophe tente de le persuader que l’honnêteté seule peut rendre heureux. Les deux hommes discutent ainsi dans un café du Palais-Royal. Prenant l’apparence d’une conversation à bâtons rompus, cette discussion est centrée sur le thème de la morale — thème important dans l’œuvre de Diderot.

Les hommes, pour satisfaire leurs besoins, se soumettent et s’éloignent des valeurs défendues par le philosophe car la philosophie serait irréaliste. Cependant, la vie de Lui paraît vide et improductive, inutile et vaine. Ces évocations comptent parmi les rares indices qui permettent de dater la rédaction du dialogue et l’associe au genre de la satire. Ce débat marque l’avènement d’une élite nouvelle qui souhaite jouer un rôle national et dont les clans rivaux s’affrontent en prétendant chacun distribuer la gloire et diriger l’opinion. En tant que chef de file de l’Encyclopédie, Diderot est particulièrement attaqué, ridiculisé, critiqué, persécuté. On lui reproche son jargon, sa pédanterie.

Il promet de ne pas écrire de mot de représailles, mais sa réponse la plus forte sera le Neveu de Rameau. Le parti du Roi luttait contre l’italianisation de la musique classique française. La rédaction fut sans doute étalée entre 1762 et 1773 mais on sait peu de choses des circonstances qui présidèrent à cette création que Diderot cacha soigneusement. L’expérience de la prison et l’édition clandestine de l’Encyclopédie ont pu inciter Diderot à la discrétion. Diderot pensait que cette œuvre était peu conventionnelle, trop hors de son temps et ne voulait la confier qu’à la postérité. France, dans la famille du philosophe.

Quinze ou vingt ans après, un Russe, qui a lu et apprécié le livre, le fait découvrir à Schiller, qui le présente à son tour à Goethe. La forme de dialogue prédispose Le Neveu de Rameau à l’adaptation théâtrale. Toutefois, le fond du texte, anecdotique, et sa longueur font que le texte est peu joué et rarement intégralement. Comédie Claude Volter, Bruxelles, 21 septembre – 15 octobre 2011. Diderot, « Le neveu de Rameau » suivi de l’analyse de « La fin d’un monde » et du « Neveu de Rameau », par Jules Janin, Bibliothèque nationale, coll. Diderot, Le neveu de Rameau : satyre, publiée pour la première fois sur le manuscrit original autographe, avec une introduction et des notes par Georges Monval, accompagnée d’une notice sur les premières éditions de l’ouvrage et de la vie de Jean-François Rameau par Er.