Bernard Buffet PDF

Claude devient un adolescent rebelle et désocialisé. Appelé au 3e RIC, il ne le rejoint pas. Repris, il est placé en détention. Claude Buffet se spécialise dans les vols à l’arraché et les agressions bernard Buffet PDF main armée.


En 1959, il se marie et devient père. Mais son parcours le conduit peu à peu de délits à des crimes de sang. Buffet la prend en charge comme un vrai chauffeur de taxi mais, au lieu de suivre la direction demandée, il l’entraîne dans une voie isolée près du bois de Boulogne. Se retournant vers elle, il la menace d’un pistolet et réclame son sac. La jeune femme refuse et hurle. Buffet tire une balle en plein cœur, et la victime s’écroule.

La police pense d’abord que la victime, un mannequin marié à un médecin, a été assassinée par un satyre. Mais des détails font douter les enquêteurs qui parviennent rapidement à remonter jusqu’à Buffet. Bontems entraîne Buffet dans un projet d’évasion. Le matin du 21 septembre 1971, à l’heure du petit déjeuner, Buffet et Bontems se plaignent de douleurs abdominales.

Ils sont envoyés à l’infirmerie accompagnés par quatre gardiens. Toute la journée, la France suit l’événement via la télévision. Justice René Pleven fait donner l’assaut par les forces de l’ordre qui neutralisent les deux mutins par de puissantes lances à eau. L’instruction et le procès ont montré que Bontems n’a tué aucun des otages, mais sa complicité active à la prise d’otages pousse les jurés à le frapper de la même peine que Buffet qui, cette fois-ci, est ravi. Mardi, quand j’ai quitté le palais de justice dans les fourgons, la foule réclamait « A mort fumier ! Buffet, pressé d’en finir, refuse de signer le sien.

Buffet ne l’incite pas à la clémence. Santé, Buffet et Bontems sont réveillés et conduits au greffe pour l’ultime  toilette . Bontems est guillotiné par le bourreau André Obrecht. Cette exécution est la dernière qui a lieu à Paris. Après Buffet et Bontems, seuls quatre condamnés sont guillotinés en France.

L’avocat général Dubost se refuse par la suite à tout commentaire. 2015, article  Chronique d’un carnage annoncé  de Alain Dommanget, p. 123 – Procès verbal de l’exécution. Idem  Chronique d’un carnage annoncé , p. Sylvain Larue, Les Grandes Affaires Criminelles de France, Éditions De Borée, 2008, p. Jeune mannequin, épouse d’un médecin fort connu à Paris, spécialiste en gynécologie et chef de laboratoire à l’hôpital Beaujon. Alain Bauer, Dictionnaire amoureux du Crime, Plon, 2013, p.

Jacques Batigne, Nous sommes tous des otages, Plon, 1973, p. Paul Cassia, Robert Badinter : un juriste en politique, Fayard, 2009, p. Français favorables à la peine de mort sont cependant manipulés à cette époque. Christian Delporte,  De l’affaire Philippe Bertrand à l’affaire Patrick Henry.