Bon sens et politique PDF

Cet article est une ébauche concernant la sociologie et la philosophie. Consultez la liste des bon sens et politique PDF à accomplir en page de discussion. La notion de sens commun se rapporte à une forme de connaissance regroupant les savoirs largement diffusés dans une culture donnée : normes, valeurs et associations symboliques.


Bon sens et politique
Date de l’édition originale : 1871

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5456601p

Dans l’Antiquité, la notion de sens commun désigne les classifications communes qui permettent de passer des perceptions à l’identification des choses et des gens. Voltaire le définit comme la notion première des choses, que la philosophie n’a pas travaillé. Avec l’avènement des sciences, les sciences sociales reprennent cette notion en tant qu’objet d’étude, montrant comme les principes du sens commun varient selon le milieu. La notion de  sens commun  descend de son ancêtre latin  Sensus communis , présent dans l’Antiquité mais avec une signification différente de celle que nous lui connaissons aujourd’hui.

Dans la métaphysique de la psychologie, le sens commun est une faculté que l’on est obligé de postuler pour rendre compte de la synthèse par notre conscience des sensations issues de nos différents sens. Au Moyen Âge, la redécouverte des textes aristotéliciens et leur ré-interprétation dans le contexte de controverses scolastiques placera le concept de koinè aisthesis au centre de la théorie des facultés. La question du support physiologique de la faculté psychologique du sens commun se rattachera tantôt au  cœur  tantôt au  cerveau . Plus tard, le sens commun référera aux humanités, à la sensibilité et à la raison. L’individu qui n’est pas doué du sensus communis est fou.

Kant admette en termes explicites et positifs une  idée du sens commun  comme norme idéale dans les jugements de goût. Le sens commun est constitué de savoirs organisant la vie sociale mais pas forcément universels. Le sens commun est sous-jacent aux règles de validation qu’exige la science, que seule la critique philosophique peut faire connaître. D’un point de vue pragmatique, le sens commun est un raisonnement historique, permettant de donner du sens et de répondre facilement aux problèmes et aux informations que les individus rencontrent dans la vie courante. Dans la philosophie des Lumières il devient une sorte de bon sens, de bonne morale et de logique universelle.

L’anthropologue Clifford Geertz définit le sens commun comme un  système culturel  et déclare qu’ il peut varier radicalement d’un peuple à l’autre . Il brise ainsi l’universalité que certains attachaient à ce concept. Geertz a travaillé sur le concept de culture et a étudié le sens commun dans diverses sociétés en rejetant la position de l’ethnocentrisme. Pour Alfred Schütz, le sens commun est comparable à un  mode d’emploi  car il permet de savoir comment se comporter au sein d’une culture donnée. La métaphore de la ville aide à clarifier la différence entre la vue du monde social dans lequel nous vivons naïvement et le monde social qui est l’objet de l’observation scientifique. Bien qu’elle soit toujours la même, la ville apparaît diversement à des personnes différentes selon leurs positions individuelles. Schütz propose d’étudier les procédures d’interprétation mises en œuvre dans la vie de tous les jours qui donnent un sens à nos actions et à celles des autres.

Dans sa vie quotidienne l’acteur détermine sa conduite future après avoir pris en considération plusieurs voies possibles. Le terme  action  désigne la conduite humaine, en tant que processus, imaginée par avance par l’acteur, qui signifie qu’elle est fondée sur un projet préconçu. Le terme  acte  désigne le résultat de ce processus, c’est-à-dire l’action accomplie. Dans le cas d’une action externe qui s’adapte au monde extérieur, et le change, une telle distinction n’est pas nécessaire. Une action externe est toujours projetée et intentionnelle.

Si je projette une action, et que j’abandonne ce projet, par exemple parce que je l’ai oublié, aucune réalisation n’a eu lieu. Mais si j’hésite entre exécuter et ne pas exécuter un projet, et que je finis par me prononcer en faveur de cette dernière solution, alors mon abstention intentionnelle d’agir est une réalisation. Toute projection consiste en une anticipation de la conduite future sur le mode imaginaire. Dans l’imagination projective il faut découvrir ce qui est anticipé: est-ce le futur processus d’action, tel qu’il se déroule de phase en phase, ou le résultat de cette action future ? Il apparaît clairement que le dernier acte accompli est le point de départ de toute projection. Cette perspective temporelle spécifique au  projet  a des conséquences assez importantes.