Burn-out : le détecter et le prévenir (n.e) PDF

Stress Normal, surmenage, burn-out ou dépression ? Malheureusement, de nombreux patients en font un usage chronique. L’accoutumance et la dépendance burn-out : le détecter et le prévenir (n.e) PDF les benzodiazépines entrainent sont délicates, mais possibles à désamorcer.


Qui aujourd’hui n’a pas eu affaire, de près ou de loin, à l’épuisement professionnel et au mal-être qu’il induit ?

S’appuyant sur son expérience de psychologue spécialiste du burn-out, Catherine Vasey nous donne ici, concrètement, toutes les informations utiles pour détecter ce syndrome complexe et pour aider ses victimes et leur entourage : quelles sont les manifestations physiques, psychologiques et émotionnelles du burn-out ? Pourquoi de plus en plus de personnes sont-elles atteintes par ce syndrome ? Y a-t-il un terrain favorable à son développement ?

L’auteur nous propose par ailleurs toute une série de bilans individuels et de tests de prévention à mettre en pratique pour notre plus grand bien !

Concis et dans l’air du temps, voici un ouvrage qui nous donne l’occasion d’amorcer une réflexion personnelle sur ce mal du siècle et d’entamer un processus de changement comportemental !

À lire par tous ceux qui travaillent bien mais trop, au détriment de leur santé et de leur qualité de vie !

Elles peuvent aussi être évitées en orientant dès le départ les patients vers d’autres solutions, d’ailleurs plus efficaces à long terme. L’insomnie véritable n’est donc pas seulement un problème affectant la nuit, mais un problème qui concerne les 24 heures. D’autres troubles du sommeil ne seront pas discutés ici. Citons par exemple le syndrome d’apnée obstructive du sommeil, le syndrome des jambes sans repos, les crampes nocturnes du mollet, le syndrome de retard de phase du sommeil et la narcolepsie. Si le patient dit qu’il dort mal, mais qu’il ne présente pas de symptômes au niveau de ses capacités fonctionnelles diurnes, on parle de  pseudo-insomnie . On entend fréquemment certaines idées fausses. Un petit dormeur, qui n’a besoin que de peu de sommeil, mais qui prétend devoir dormir 7 à 8 heures.

Une personne âgée se plaint de ne plus dormir aussi bien qu’avant, mais chez les personnes âgées, le sommeil est physiologiquement léger, plus court et souvent interrompu. Lorsque les troubles du sommeil durent plus de trois semaines, on considère qu’ils sont  chroniques . Ils sont plus fréquents chez les personnes âgées. Ils sont plus fréquents chez les femmes que chez les hommes.