Calamity Jane : Le Diable blanc PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-calamity Jane : Le Diable blanc PDF. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


« Y aura-t-il seulement quelqu’un pour planter un cactus sur ma tombe ? » se demandait Calamity Jane au terme de sa vie. Ivre d’alcool, de chagrin, malade, aveugle, Martha Jane Cannary ne cessait de répéter cette phrase. Et de pleurer la solitude qui l’oppressait. Femme au destin hors du commun, celle que les Blancs surnommaient la « reine des plaines » et les Indiens le « diable blanc » suscite aujourd’hui encore de nombreuses interrogations et une admiration sans bornes. Détestant l’hypocrisie, cette aventurière fut tour à tour conductrice de diligences, convoyeuse de fonds, chercheuse d’or et joueuse de poker. Amoureuse de la route et des étreintes passionnées, cette femme hors normes décédée en 1902, à l’âge de 51 ans, partageait tout avec les plus pauvres. Loin de singer les hommes, même si elle leur ressemblait parfois, elle avait la jambe superbe, le regard sublime, une opulente chevelure auburn et l’attache féminine d’une main sachant utiliser avec grâce… une Winchester.

Station de métro  Janson  à Charleroi. Les frères Dalton, créés par le dessinateur belge Morris, et le scénariste français René Goscinny, sont des personnages de l’univers de Lucky Luke, cousins fictifs des véritables frères Dalton. Ils ont réellement existé, mais, bien sûr, ils n’étaient ni jumeaux, ni de taille échelonnée. Ils étaient les cousins des frères James qu’ils entendaient dépasser en cruauté.

En fait, c’étaient de vrais imbéciles, ils préparaient minutieusement des attaques qui leur rapportaient des butins de rien du tout. Quand j’étais à New York, je me suis très bien documenté à leur sujet. Ils errent plutôt dans toutes les directions, sauf la bonne. En tout cas, il y a, pour nous, deux mystères en ce qui concerne les Dalton. D’abord, bien qu’affichant peu ou prou de sentiments humains, ils ont un sens de la famille indéfectible.

L’autre énigme, qui nous ravit celle-là, c’est que nos quatre affreux bonshommes sont sympathiques et que nos lecteurs les adorent. De manière assez inhabituelle pour un épisode de Lucky Luke, et conformément à la vérité historique, ils meurent à la fin de l’épisode, qui s’achève sur la vision de leurs tombes. Après une brève apparition dans Lucky Luke contre Joss Jamon, ils sont les vedettes à part entière de l’album suivant, Les Cousins Dalton. Affiche fictive proposant une rançon pour la capture de Joe Dalton. L’épisode Ma Dalton offre à Joe une dimension : le sentiment. Le rapport avec sa mère, conflictuel en diable, est à base d’un amour profond de part et d’autre et cela même si Ma semble chérir son grand dernier, Averell.