Captifs en Barbarie : L’histoire extraordinaire des esclaves européens en terre d’Islam PDF

Tombouctou, captifs en Barbarie : L’histoire extraordinaire des esclaves européens en terre d’Islam PDF aux seuls musulmans, se situait hors de l’aire politique arabe proprement dite, mais non de sa zone d’influence culturelle. Article détaillé : Esclavage dans le monde arabo-musulman.


Spécialiste de l’histoire des voyages, Giles Milton aborde un chapitre méconnu des relations entre l’Europe et l’Afrique du Nord aux XVIIe et XVIIIe siècles: le cruel destin des Occidentaux capturés en mer par les corsaires de Barbarie puis vendus comme esclaves sur les grands marchés d’Alger, Tunis ou Salé. Pour se faire, Milton narre les incroyables aventures de Thomas Pellow qui à l’âge de onze ans, en 1715, quitte sa Cornouailles natale afin de sillonner la Méditerranée comme mousse. Son navire investi, il devient l’esclave de Moulay Ismaïl, terrible souverain marocain, et doit se convertir à l’islam. Mais son ingéniosité attire l’attention du sultan, qui va lui confier la garde de son harem ainsi que des missions militaires. Plus de vingt ans après sa capture, Pellow parviendra à s’évader et sera l’un des rares esclaves européens survivants à pouvoir raconter son

La traite concerne toutes les périodes de l’Histoire ainsi que toutes sortes de populations, mais sa source la plus importante se trouve en Afrique. En général, il s’agit de la traite des Noirs, mais, en fonction de l’époque et de l’aire géographique considérée, on distingue plusieurs types de traites. Datée de l’an 860 de notre ère, une inscription trouvée dans l’est de Java mentionne, dans une liste de domestiques, la présence de Jenggi, c’est-à-dire du Zenj : l’Afrique. Une inscription javanaise ultérieure parle d’esclaves noirs offerts par un roi javanais à la cour impériale de Chine. L’histoire de la traite soulève de nombreux débats parmi les historiens. Les spécialistes s’interrogent en premier lieu sur le nombre d’Africains déportés. Le deuxième obstacle à l’histoire de la traite orientale est celui des sources.