Carlos Ier, roi de Portugal : études PDF

La reine Victoria a joué un rôle non négligeable dans l’origine des révolutions espagnole et russe, Si la reine Victoria n’avait pas transmis l’hémophilie, l’Histoire aurait vraisemblablement suivi un autre cours déclarait le Professeur Haldane. Cette maladie du sang est aujourd’hui bien connue. Parmi ces neufs enfants, un fils Léopold était hémophile et deux filles Alice et Béatrice étaient porteuses du mal hémophilique. Il est possible que l’aînée des filles, Victoria, impératrice d’Allemagne, fut aussi porteuse de carlos Ier, roi de Portugal : études PDF maladie.


Carlos Ier, roi de Portugal : études / par Jean d’Yvelet
Date de l’édition originale : 1905

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62183845

D’où vient cet héritage hémophilique que la reine transmit à ses descendants ? Une mutation spontanée des gènes ? Le prince Carl était sain et aucun descendant de la princesse de Leiningen n’est hémophile. D’après les renseignements donnés par Laurence Housmann dans son livre Victoria Regina , le frère de la duchesse de Kent, le duc Ernest Ier de Saxe Cobourg Gotha, eut un jour une hémorragie grave presque mortelle. En fait, aucune preuve certaine, ne nous permet de dire que la maladie a existé chez les Reuss ou chez les Saxe Cobourg. Les médecins du siècle passé saignaient tout malade qui leur venait entre les mains et ainsi les hémophiles mouraient au berceau. Ce qui est certain en revanche, c’est que la reine Victoria était porteuse du gène de l’hémophilie et qu’elle l’a transmis à sa descendance.

Deux filles de la reine Victoria étaient porteuses du gène de l’hémophilie : Alice et Béatrice. La princesse Alice, Maud, Mary est née à Londres le 25 avril 1843 et est décédée en Allemagne le 14 décembre 1878. Elle est le troisième enfant et la seconde fille de la reine Victoria et du prince Albert. En juillet 1862, elle épouse le grand duc Louis de Hesse. La princesse Béatrice, Mary, Victoria, Feodora est née à Londres le 14 avril 1857.

Elle est le dernier enfant de la reine Victoria et du prince Albert. Elle se marie en juillet 1885 avec le prince Henry de Battenberg. Ils auront quatre enfants Alexandre, Victoria-Eugénie, Léopold et Maurice. Seul le fils ainé Alexandre n’est pas hémophile. La princesse Irène, Louise, Marie, Anne de Hesse née à Darmstadt le 11 juillet 1866, est décédée en 1953.

Elle était la troisième fille du grand- duc Louis de Hesse et de la princesse Alice de Grande-Bretagne. Mariée en 1888 au prince Henri de Prusse, son cousin, elle sera mère de trois fils : Waldemar, Sigismund et Henri dont deux seront hémophiles. La princesse Alix, Victoria, Helena, Louise, Beatrice de Hesse est née à Darmstadt le 6 juin 1872 et est décédée à Iekaterinbourg en juillet 1918. Epouse de Nicolas II, tsar de Russie, tout le monde connaît la triste histoire de celle qui est devenue l’impératrice Alexandra. Extrait des souvenirs du docteur en médecine Serge Petrovitch Fedorov, chirurgien à Saint Petersbourg. Le 8 septembre 1904, je fus appelé pour la première fois au château impérial de Tsarskoïe-Selo.