Carnet d’un témoin, 1940-1943 PDF

Plaque commémorative au Mémorial aux Déportés de l’Ain à Nantua. Plaque commémorative, place des 44-Enfants-d’Izieu dans le 13e arrondissement de Paris. En 1942, Sabine Zlatin prend la direction d’une maison d’enfants carnet d’un témoin, 1940-1943 PDF à Palavas-les-Flots.


La maison du hameau de Lélinaz, à l’entrée d’Izieu, se situe en retrait de la route de Belley, à l’abri. Elle accepte et entame avec son mari, Miron Zlatin, les démarches pour amener les enfants et recruter les éducateurs pour en prendre soin. Pierre-Marie Witzler intitule officiellement la maison d’Izieu,  Colonie d’enfants réfugiés de l’Hérault . Il présente Marie-Antoinette Cojean, secrétaire en chef de la sous-préfecture, qui va jouer elle aussi un rôle important dans l’installation et la vie quotidienne de la maison d’Izieu.

1942 à septembre 1943, elle était englobée dans la zone d’occupation italienne. Dans les premiers mois de 1944, Sabine Zlatin prend conscience de la nécessité de disperser les enfants de la colonie. Jusqu’en janvier 1944, selon le registre tenu par Miron Zlatin, 105 enfants ont séjourné à Izieu. 16 heures, par les Allemands, à son domicile, situé à 3 kilomètres d’Izieu, au hameau voisin de Glandieu. Sabine Zlatin lui avait rendu visite le même jour, ainsi que 2 autres patients, d’après son carnet de visites. Le docteur Albert Bendrihen, âgé de 37 ans, est un juif converti au catholicisme. 67, du 3 février 1944, du Camp de Drancy vers Auschwitz.