Chargement/Déchargement des véhicules PDF

Grande Distribution et des indépendants d’autre part. Problématique sur la conception des réservoirs enterrés : chargement/Déchargement des véhicules PDF nouveaux réservoirs doivent être soit à double enveloppe avec détection de fuite, soit placés en fosse étanche et fermée avec détection de fuite par présence de liquide en point bas de la fosse. Il existe différents noms communs pour désigner la profession qui exerce cette activité selon les régions du monde.


Débardeurs au port de Cap-Haïtien : le transport avec peu de moyens mécaniques est encore pratiqué dans les pays en développement. De fait, l’aconier est l’entrepreneur dont le métier consiste à préparer matériellement et juridiquement les opérations de réception, de déplacement et d’entreposage de marchandises transportées par voie maritime et est donc l’employeur des débardeurs. Les dockers ont souvent donné l’image de  gros bras , ce qui était souvent mérité par le passé, où nombre de marchandises étaient transportés dans des sacs, à dos d’homme. Seules les marchandises très volumineuses, ou en vrac, étaient chargées par des grues. Les dockers empruntaient la coupée pour monter à bord du navire et déchargeaient leur cargaison des cales. Depuis deux siècles, le métier de docker se résume, à grands traits, dans la succession du travail organisé et contrôlée sous quelque forme que ce soit, et d’une période de chômage.

En effet, tributaire des fluctuations imprévisibles de la météorologie et du commerce inhérentes à la navigation maritime, la manutention en exagère les caprices. Elle dote donc l’intermittence, inhérente au métier, d’un statut qui assure une régularité au salaire par l’indemnisation des périodes de chômage. Le texte reconnaît en effet, la  normalité  du chômage portuaire, mais prévoit d’en circonscrire l’aire et d’en compenser les conséquences sociales. En bref, cette loi dissocie l’intermittence de la précarité sur les ports. Les navires restent maintenant à quai une journée, voire deux, contre de nombreux jours auparavant. Les dockers sont en général répartis en équipes, de tailles variables suivant la taille du navire, le temps que celui-ci reste à quai, la nature de la cargaison, etc.

Les dockers peuvent travailler, soit sur une journée de travail normal, soit sur des périodes de quatre, six ou huit heures d’affilée. Suivant les marées, certains navires doivent être déchargés de nuit. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Les dockers s’occupent du chargement des voitures, camions, remorques et divers véhicules à bord des rouliers et des transporteurs de véhicules. 15 à 25 chauffeurs, de six à dix accoreurs, deux dockers guidant les voitures à leur emplacement final, deux ou trois chauffeurs de fourgons ou  estafettes  ramenant les chauffeurs aux aires de stationnement.

Pendant le positionnement, le chauffeur ne regarde que le guide, qui porte alors la responsabilité en cas de dommage : le client peut demander un dédommagement pour une simple éraflure. Parmi les risques encourus par les dockers, la rupture d’une sangle ou le mauvais saisissage d’une chaîne est potentiellement très dangereux en raison de leur grande tension. Un autre danger important est l’endormissement d’un chauffeur pendant une rotation de nuit. L’accorage, c’est-à-dire la fixation des véhicules, est une tâche extrêmement importante : si un véhicule se déplace durant le voyage pendant un coup de roulis, c’est le navire entier qui est en danger. Les remorques sont posées sur des tréteaux aussi appelé « chevalet » et des béquilles, leurs roues sont immobilisées par des cales. Les véhicules arrivent au port par camion ou par train. Ils sont stockés sur de grandes aires de stationnement dédiées.