Chronologie du pouvoir politique PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La pyramide de Kukulcán de Chichén Itzá est une des chronologie du pouvoir politique PDF les plus emblématiques des civilisations précolombiennes.


Les civilisations les plus développées d’Amérique, au moment de leur rencontre avec les Européens, ne l’étaient pas autant, d’un point de vue technologique, que celles de l’Ancien Monde. Les américanistes recoupent les informations archéologiques avec les récits historiques de l’époque coloniale, les traditions actuelles des descendants de ces civilisations, et les écrits préhispaniques qui ont pu être préservés. Articles détaillés : Théories du premier peuplement de l’Amérique et Paléoaméricains. On pense que des nomades venus d’Asie sont arrivés en Amérique en traversant par voie terrestre la Béringie, la région qui forme maintenant le détroit de Béring et peut-être en longeant la côte du Nord-Ouest. Les modèles chronologiques de migration sont actuellement répartis en deux approches générales. Cap Horn à l’extrémité sud de l’Amérique du Sud à cette époque.

Après la, ou les migrations, il s’est passé plusieurs milliers d’années avant que les premières grandes civilisations apparaissent, l’émergence des premières pouvant remonter à 5000 av. Les habitants des Amériques ont d’abord été des chasseurs-cueilleurs. L’adaptation des Paléoindiens en Amérique du Nord a probablement été caractérisée par la constitution de petits groupes très mobiles composés d’environ 20 à 50 membres d’une famille élargie. Les groupes de paléoindiens étaient des chasseurs efficaces et utilisaient une grande variété d’outils. Il s’agit notamment d’instruments plus ou moins spécialisés très performants pour la découpe des viandes et le traitement des peaux. Le climat de l’Amérique du Nord s’est enfin stabilisé vers l’an 8000 av.

Pendant des milliers d’années, les peuples autochtones d’Amérique ont domestiqué et cultivé un large éventail d’espèces végétales. L’immensité et la variété des climats, de l’écologie, de la végétation, de la faune, et les séparations par le relief ont défini implicitement chez les peuples anciens des divisions culturelles ou linguistiques. Selon les traditions orales de la plupart des peuples autochtones des Amériques, ils ont vécu là depuis la genèse, décrite par un large éventail de récits traditionnels de la création. Européens, de nombreux indigènes d’Amérique du Nord formaient des tribus de chasseurs-cueilleurs semi-nomades, d’autres avaient constitué des civilisations sédentaires et agricoles. Beaucoup ont ensuite formé de nouvelles tribus ou des confédérations en réponse à la colonisation européenne.