Ciel d’hivernage PDF

Indiana, de l’Ohio et du Kentucky. La tourte voyageuse est ciel d’hivernage PDF différente de la plupart des autres pigeons. Cette silhouette permettait à l’oiseau de voler vite et avec agilité. Le bec est noir, les pattes rouges.


Le vieux Kokè reçoit un étranger qu’il accueille avec toute la courtoisie qu’exige l’usage. Qu’un homme dans la force de l’âge se déplace en cette période de travaux champêtres, voilà qui intrigue Kokè. Il voudrait bien savoir les raisons de cette présence pour le moins insolite, mais la bienscéance lui interdit de poser des questions précises. L’étranger en tire avantage pour maintenir son hôte dans le doute en se réfugiant derrières des formules sibyllines :  » Si l’on voit un oiseau s’envoler de son refuge la nuit, c’est qu’il a touché à quelque chose – ou que quelque chose l’a touché. J’ai décidé d’ôter mes jambes de dessous mon ventre, de chasser l’air sous mes pieds… pour m’aérer un peu l’esprit… quand la bouche parle l’esprit fait le reste « . Il faudra toute l’amitié de Diamory, frère cadet de Kokè, pour arracher à Maso le secret de sa présence et dévoiler la histoire d’un homme issu d’un ménage polygame, victime de l’apathie de son père et exposé aux méchancetés de sa marâtre. L’amitié lui apportera l’apaisement tant attendu, mais il sait que  » le plaisir du voyage est dans le retour « 

Les parties supérieures sont gris bleuâtre, avec des reflets métalliques sur le cou. Le poitrail et le haut du ventre sont rouge-orangé, mais le bas ventre, ainsi que les sous-caudales sont blancs. Présentes en très grand nombre, elles devaient par conséquent avoir un sérieux impact sur la végétation. Ces oiseaux consommaient des fruits secs de toutes sortes, ainsi que des fruits charnus, des graines, des insectes et d’autres invertébrés. Ectopistes migratorius – Muséum de Toulouse. Elles nichaient en immenses colonies s’étendant souvent sur des kilomètres.

Les plus grandes recensées couvraient soixante-cinq kilomètres carrés mais on estime que la norme était d’une quinzaine de kilomètres carrés. Le nid, léger et peu solide, est composé de brindilles et accueille un œuf blanc. Le pic de nidification se situe en avril et mai, la saison des nids se situant de mars à septembre. Les deux parents participaient à la couvaison d’un unique œuf, et les adultes prenaient soin de leur poussin jusqu’à ce qu’il ait deux semaines. Alors, brusquement, les parents s’en allaient, abandonnant dans son nid le juvénile bien dodu. Après avoir appelé en vain un certain temps, le jeune se laissait tomber au sol et prenait finalement son envol trois jours plus tard.