Compétence Photo n° 32 – L’art délicat du portrait PDF

Compétence Photo n° 32 – L’art délicat du portrait PDF article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Platon écrit aux environs de 380 av.


Compétence Photo vous propose un grand dossier prise de vue de pas moins de 40 pages entièrement consacré à la photographie de portrait en lumière disponible, c’est-à-dire en exploitant uniquement la lumière naturelle ou l’éclairage artificielle ambiant. Très pratique, ce dossier détaille notamment sept situations de prise de vue auxquelles vous serez sans nul doute confronté lors de vos prochaines séances. Deux autres dossiers complètent ce numéro 32. Le premier fait la part belle aux modules et éditeurs externes destinés à tirer le meilleur profit du logiciel Lightroom. Vingt-quatre pages très pratiques proposant notamment des tutoriels et des conseils pour optimiser ces utilitaires indispensables. Le second vous donne enfin l’occasion de profiter pleinement de votre reflex grâce à de nombreux conseils techniques sur des fonctions peu utilisées voire méconnues de votre boîtier. Côté studio, vous découvrirez les coulisses de la réalisation de la photo officielle de l’équipe du LOU rugby. Une séance complète entre prise de vue sur le terrain et shooting en studio. également dans ce numéro la seconde partie du dossier sur la censure. Ce mois-ci, nous nous intéressons plus particulièrement à la diffusion des photographies dans la presse traditionnelle et sur les réseaux sociaux. La vidéo au reflex n’est pas oubliée. Un article est ainsi dédié à la face cachée du fichier vidéo. Codec, type d’encodage, compression et fréquence d’images, tout y est expliqué en détail. Et retrouvez enfin le second volet de l’article sur le droit abordant plusieurs notions sur l’utilisation des photographies d’une séance, et plus particulièrement sur le droit à l’image du modèle et le droit d’auteur du photographe, ainsi qu’un article sur la reconnaissance récente des photoreporters africains.

Il est constitué principalement d’une longue série de discours portant sur la nature et les qualités de l’amour. Tò sumpósion en grec est traduit traditionnellement par Le Banquet, terme désignant une réception, une fête mondaine. Le Banquet est avec le Phèdre l’un des deux dialogues de Platon dont le thème majeur est l’amour. Dans ce dialogue, Éros est représenté différemment en fonction des personnages du dialogue. Pausanias fait la distinction entre deux amours et relations sexuelles.

Suit un éloge de l’amour vertueux, fidèle, non attaché au corps. Faisant parler Éryximaque, Platon approuve la distinction des deux Éros faite par Pausanias, et la complète : l’Éros ne réside pas seulement dans l’âme mais aussi dans la beauté,  dans les corps de tous les animaux, dans les productions de la terre, en un mot, dans tous les êtres. Socrate comme buvant jusqu’à l’aurore l’autre dissuade de boire dans de grands vases. Platon dans son Phédon, citant ceux qui se trouvaient auprès de Socrate, ne parle pas de Xénophon.

Copie manuscrite sur papyrus d’un passage du Banquet. Apollodore vient à faire le récit de cette soirée en rapportant toutes les paroles importantes qui y furent échangées. Onze années ont passé depuis la réception de -416. La multiplication de témoins intermédiaires a pour but de signaler au lecteur que le texte n’est pas la retranscription exacte de la soirée, mais de l’essentiel de ce qui a été dit. Le Banquet est une adaptation libre et dramatiquement très élaborée d’une soirée mémorable.

Apollodore et Aristodème vont être les intermédiaires d’un daimon, l’érôs, intermédiaire par excellence. Il organise une grande fête de sacrifice de victoire avec ses choreutes, qui se termine en beuverie. Le lendemain, il donne à nouveau une réception, plus intime, plus calme, en invitant des personnalités importantes à fêter son succès. Phèdre, relayé par Eryximaque, chacun est invité à faire à son tour un éloge de l’amour, ce qui, selon lui, n’aurait jamais été fait. Agathon : jeune poète couronné, disciple de Gorgias, et organisateur de la réception. Il a obtenu le premier prix au concours des grandes Dionysies de 416 av.