Comprendre le Foot Business PDF

Hans van der Meer, Marseille, Montredon, 2004. Du 20 décembre 2017 au 1er janvier 2018 retrouvez la Coupe de la Ligue des Champions remportée par l’Olympique de Marseille le 26 mai 1993 dans l’exposition Nous sommes Foot ! Et si nous oubliions tous nos a priori comprendre le Foot Business PDF le football ? Dans les rues de Marseille ou de Paris, dans les ports d’Istanbul ou d’Athènes, dans les banlieues d’Alger ou sur les plages de Malaga, le football, dont la popularité reste inégalée, soude les peuples de Méditerranée.


Il ne se passe pas un jour sans que les médias ne parlent de football et de ses problèmes.

Endettement, enjeux financiers démesurés, transferts records, dopage, corruption, violence dans les stades, faillites… Le football est devenu une sorte de vitrine des maux de notre société.

Mais les médias se contentent de décrire les faits, souvent de manières inexactes, sans donner aux lecteurs la possibilité de comprendre ce qu’il se passe réellement.

Fan de football, mais aussi diplômé de Grande Ecole et consultant en stratégie, j’ai décidé de mettre mes compétences professionnelles au service de ma passion.

Comment un club gagne-t-il de l’argent ? Quel est l’impact des performances économiques sur les résultats sportifs ? Quel championnat est le mieux armé pour dominer la planète football ? Comment éviter que le secteur entre en Crise ?

Cet ouvrage contient les réponses à toutes ces questions, et à bien d’autres encore.

Je voulais simplement comprendre comment fonctionne le football, et le démystifier. Fruit de mes recherches et de mes analyses, s’appuyant sur des concepts accessibles à tous, cet ouvrage a pour but de vous aider, chers lecteurs, à comprendre vous aussi les rouages de la machine du foot-business.

C’est pour cela qu’il se destine à tous. Aux amoureux du foot et à ses détracteurs. Aux économistes et aux novices. Aux présidents de club et aux footeux du dimanche, comme moi.

Et s’il renvoie parfois l’image d’un monde de clivages, de violence, de racisme et de fanatisme, c’est parce que ce sport reflète nos sociétés dans ce qu’elles produisent de plus sombre, comme de plus lumineux. En laissant entrer un ballon rond dans son enceinte, le Mucem rend hommage aux peuples et aux civilisations du football ainsi qu’aux pratiques culturelles et sociales qui l’accompagnent, en Méditerranée comme à Marseille. Défendue par son effectif de 300 œuvres, objets, photos et installations, Nous sommes Foot met en jeu 11 séquences et, comme les règles sportives l’imposent, se visite en 90 minutes ! Un événement Marseille Provence 2017 capitale européenne du sport. Avec le soutien de Mutuelles du Soleil et de la Fédération française de football. Il participe à la coordination des enquêtes-collectes, en lien avec le département Recherche et Enseignement du musée. 13 Productions et Cantobros, primée dans de nombreux festivals internationaux.

C’est peut-être un peu ambitieux, mais nous souhaitions suggérer avec ce titre provocateur que tout le monde est concerné par le football, et notamment aussi ceux qui détestent ce sport. On ne peut pas fermer les yeux sur le fait que le football est le sport le plus populaire du monde : faut-il rappeler que plus d’un milliard de téléspectateurs ont regardé la finale de la dernière Coupe du monde ? Et on s’en amuse énormément dans l’exposition où, dès l’entrée, le visiteur doit passer par un sas anti-foot : un vestiaire où l’on va se débarrasser de nos vieux oripeaux, c’est-à-dire de toutes nos idées préconçues sur ce sport. En quoi le football est-il un sujet d’exposition pertinent pour le Mucem ?

Pour un musée de société, évoquer le football est une évidence. Comme le rappelle le philosophe Jean-Claude Michéa, le football offre un reflet idéal pour comprendre toutes les contradictions de la société libérale moderne. C’est un sport populaire, mais aussi l’un des plus grands business au monde. C’est un sport basé sur la solidarité, mais il reflète aussi les inégalités sociales ou de genres présentes dans nos sociétés. Faire une exposition sur le foot n’est pas chose évidente. Notre souhait est de faire comprendre que ce sport nous renvoie sans cesse à une réalité sociétale et politique. C’est justement pour revenir aux fondamentaux que vous êtes allés sur le terrain , dans plusieurs pays méditerranéens, afin d’effectuer plusieurs campagnes d’enquêtes-collectes et ainsi de rencontrer ceux qui vivent cette passion au quotidien ?

Il s’agissait en effet de montrer que le supportérisme est un loisir pratiqué par de nombreuses personnes. Il fallait prendre au sérieux cette culture foot , la considérer comme un fait social, l’investiguer, la documenter, et collecter objets et témoignages. De quoi réveiller un stade ! Et les centaines de photographies réalisées sur le terrain. Si spécificité méditerranéenne il y a, elle existe sans doute dans le mouvement ultra, ce mouvement de contre-culture qui s’est constitué dans les années 1960 en Italie et qui s’est diffusé très vite dans le reste de l’Europe.

En France, la première association voit le jour à Marseille en 1984. Il est vrai qu’à Marseille, le foot se vit plus intensément qu’ailleurs. Il y a cette fameuse 44e minute, le 26 mai 1993, quand la ville a chaviré dans l’émotion, quand elle a planté son drapeau sur la planète Europe. Marseille la mal aimée accédait enfin à la reconnaissance en atteignant le sommet de l’Europe.