Confusion mentale chronique et ses rapports avec la démence précoce PDF

Mes yeux dans le temps de l’apparition d’August Natterer. Une hallucination est définie, en psychiatrie, comme une perception sensorielle sans présence d’un stimulus détectable : par exemple voir des objets physiquement absents, ou bien entendre des voix sans que personne ne parle. Les hallucinations psychosensorielles peuvent affecter l’ensemble des sens, tels que la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et superficiellement le toucher. Les hallucinations psychiques confusion mentale chronique et ses rapports avec la démence précoce PDF uniquement la pensée : idées, sentiments, représentations s’imposant à l’esprit.


Confusion mentale chronique et ses rapports avec la démence précoce
Date de l’édition originale : 1907
Appartient à l’ensemble documentaire : Aquit1

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Le classement des hallucinations varient selon les auteurs, et différents types d’hallucinations peuvent se recouper. Le phénomène hallucinatoire est hétérogène, lié à des causes très diverses, dont les limites et le mécanisme restent discutés. En français le terme  hallucination  apparaît en 1660. L’utilisation médicale du mot halluciner est attestée en 1674 dans le sens de  divaguer, errer . Un homme qui a la conviction intime d’une sensation actuellement perçue, alors que nul objet extérieur propre à exciter cette sensation n’est à la portée de ses sens, est dans un état hallucinatoire : c’est un visionnaire .

Lithographie de 1857, par Armand Gautier. Depuis plus d’un siècle, les hallucinations sont traitées à l’hôpital de la Salpêtrière. Esquirol fixe les principaux caractères des hallucinations : la conviction intime et l’absence d’objet, sans ou avec délire. Il pose le problème des hallucinés non aliénés.

Il précise que l’hallucination peut toucher tous les sens. Il fait du processus hallucinatoire un processus cérébral impliquant la mémoire et les associations d’idées, en s’inscrivant dans la ligne directe des idéologues. Baillarger traite de questions telles que l’hallucination est-elle une erreur de l’intelligence, de l’imagination, ou des sens ? Ce qu’on savait à l’époque du fonctionnement cérébral ne permettait guère de répondre. L’hallucination verbale est envisagée du point de vue d’un rapport entre la pensée et la parole, en étant attribuée aux centres perceptifs du cortex cérébral. Les hallucinations psychosensorielles peuvent être simples et élémentaires, ou complexes et élaborées, impliquant un seul sens ou plusieurs simultanément. Une attitude de vision extatique, photographie d’une patiente de l’hôpital de la Salpêtrière en 1876.

La vision de petits animaux est typique dans l’intoxication alcoolique. Le degré du son peut varier d’une personne à l’autre : plus ou moins aigu ou intense, sensation proche ou lointaine, distincte ou confuse, isolée ou multiple, entendue d’un seul côté ou des deux. Il en est de même pour les hallucinations acoustico-verbales, où les voix peuvent être chuchotées ou bruyantes, bienveillantes ou hostiles, de personne connue ou inconnue La voix est entendue comme venant de l’extérieur. Elle peut se limiter à des mots, des propositions ou jusqu’à des phrases entières, sensées ou non. Un exemple d’hallucination tactile : Le patient sent des araignées ramper sur son visage.