Connaissance des Arts, Hors-série N° 458 : Monet et l’abstraction PDF

Claude Monet par Nadar en 1899. Né sous le nom d’Oscar-Claude Monet, au no 45 rue Laffitte à Paris, il grandit au Havre et est particulièrement connaissance des Arts, Hors-série N° 458 : Monet et l’abstraction PDF au dessin.


Il commence sa carrière d’artiste en réalisant des portraits à charge des notables de la ville. En 1876, il rencontre Ernest Hoschedé, un mécène qui va rapidement faire faillite. En 1878, ce dernier, sa famille et celle de Monet emménagent dans une maison commune à Vétheuil. La mort de Camille en 1879 et les nombreuses absences d’Ernest, conduisent au rapprochement de Monet et d’Alice Hoschedé.

1890, Monet se consacre à des séries de peintures, c’est-à-dire qu’il peint le même motif à différentes heures de la journée, à diverses saisons. Il peint alors parfois des dizaines de toiles en parallèle, changeant en fonction de l’effet présent. La fin de sa vie est marquée par le décès d’Alice et par une maladie, la cataracte, qui affecte son travail. Il s’éteint à 86 ans d’un cancer pulmonaire. Monet peint devant le modèle sur l’intégralité de sa toile dès les premières ébauches, il retouche ensuite de nombreuses fois jusqu’à ce que le résultat le satisfasse. Contrairement à ce qu’il affirme, il termine la plupart de ses toiles en atelier, prenant modèle sur les premières peintures d’une série pour peindre les autres.

D’un caractère parfois difficile, prompt à la colère comme au découragement, Claude Monet est un grand travailleur qui n’hésite pas à défier la météo pour pratiquer sa passion. Monet résume sa vie ainsi de la meilleure manière :  Qu’y a-t-il à dire de moi ? Que peut-il y avoir à dire, je vous le demande, d’un homme que rien au monde n’intéresse que sa peinture – et aussi son jardin et ses fleurs ? Caricature de Léon Manchon réalisée en 1858. Il aime à dire plus tard qu’il est un vrai Parisien. Ses parents sont tous deux nés à Paris, tandis que ses grands-parents y étaient déjà installés aux environs de 1800. La famille, grands-parents paternels compris, s’installe au Havre en Normandie vers 1845, l’année de ses cinq ans.

Vue du port de Quimper, v. De manière précoce, il développe un goût pour le dessin et il suit avec intérêt le cours d’Ochard, un ancien élève de David. Le 28 janvier 1857, sa mère décède et il abandonne ses études. Monet commence à peindre ses premières toiles de paysage à l’été 1858. Il en présente deux à l’exposition municipale des Beaux-Arts de la ville du Havre qui se déroule durant les mois d’août et de septembre de la même année. Ces deux toiles, fortement influencées par la technique de Boudin, sont acceptées et présentées sous le titre unique :  Paysage.

Il visite immédiatement le salon qui vient d’ouvrir. Ensuite il est accueilli par Amand Gautier, un ami de sa tante Lecadre. Celle-ci lui verse une pension régulière et gère ses économies d’environ 2 000 francs accumulés grâce à la vente de dessin à charge. Il y rencontre notamment Camille Pissarro. Le 2 mars 1861, Monet est tiré au sort au Havre pour être conscrit.

Certes, sa famille aurait pu payer l’exonération de 2 500 francs, mais celle-ci est liée à son renoncement à la carrière d’artiste pour reprendre les affaires familiales. Début 1862, il contracte la fièvre typhoïde à Alger et est autorisé à rentrer au Havre durant l’été. Sa tante, Jeanne Lecadre, accepte de le faire sortir de l’armée et de payer les quelque 3 000 francs que coûtent l’exonération, à condition qu’il prenne des cours d’art à l’académie. Il quitte donc l’armée, mais n’aime pas les styles traditionnels de peinture enseignés à l’académie. Mais il finit par quitter rapidement l’atelier de son maître, étant en désaccord avec celui-ci sur la manière de présenter la nature. Au printemps 1863, devenu copiste au Louvre, Monet va, avec Bazille, peindre devant nature à Chailly-en-Bière près de Barbizon.