Connaissance des Arts, Hors-série N° 509 : Cézanne et Paris PDF

Sa peinture est en constante évolution. Refusant les étiquettes et les courants, tout comme Georges Braque connaissance des Arts, Hors-série N° 509 : Cézanne et Paris PDF’il admire, il travaille avec acharnement, détruisant autant d’œuvres qu’il en réalise. Dans sa frénésie de peindre il côtoie sans cesse l’abîme, trouvant des accords que nul autre avant lui n’avait osé tenter.


Nicolas de Staël meurt à 41 ans en se jetant de la terrasse de l’immeuble où il avait son atelier à Antibes. Il est enterré au cimetière de Montrouge. 1970, selon Marcelin Pleynet et Michel Ragon, ou encore dans la catégorie de l’art informel selon Jean-Luc Daval. Forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg où est né Nicolas de Staël. Il devient général major, vice-commandant de la forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg en 1908, jusqu’en 1917.

C’est un homme pieux et austère. Sa mère, Lioudmila von Lioubov Berdnikova, est plus jeune que son mari de vingt-deux ans. 1917, comme de nombreux Russes blancs, la famille est contrainte à l’exil. Les parents de Nicolas de Staël meurent en 1919 après s’être installés en Pologne. Emmanuel Fricero était attaché naval à l’ambassade de Russie à Londres. Sa femme Charlotte est présidente de la Croix-Rouge. Il est inscrit au collège jésuite Saint-Michel à Etterbeek, commune voisine de Bruxelles, le 16 août 1924 en avant-dernière année de primaire.

Il accomplit ses humanités classiques dans le même collège jusqu’en juillet 1931 qu’il quitte en 3e latine, après avoir redoublé cette classe. Nicolas se passionne pour la littérature française et les tragédies grecques et dans le même temps découvre la peinture dans les musées et les galeries notamment Rubens et les peintres belges contemporains James Ensor, Permeke. Après avoir visité les Pays-Bas en juin, et découvert la peinture flamande, il entre en octobre 1933 aux Beaux-arts de Bruxelles où il suit les cours de dessin antique avec Henri van Haelen. Il voyage ensuite dans toute l’Europe.

Madrid, c’est avec Emmanuel d’Hooghvorst qu’il poursuit sa route jusqu’en Andalousie. Jeannine Guillou est elle-même peintre, plus âgée de cinq ans que Nicolas. Les Teslar habitent le sud marocain dans une sorte de phalanstère où ils offrent des médicaments à la population. L’administration leur a fait signer des documents déchargeant la France de toute responsabilité en cas de malheur. Jeannine qui a étudié aux Arts décoratifs de Nice est déjà un peintre affirmé. Fès, en 1935, un critique d’art a couvert d’éloges son travail et son talent  viril et nerveux . En 1938, il entreprend avec Jeannine un voyage qui les conduit de Naples à Frascati, Pompéi, Paestum, Sorrente, Capri.