Correspondance du comte de Thiard PDF

Son nom est habituellement orthographié Flahaut, correspondance du comte de Thiard PDF on trouve également la graphie Flahault, plus conforme à son ascendance paternelle officielle. Celui-ci a d’ailleurs entretenu avec Charles de Flahaut une relation très particulière tout au long de sa vie. 15 ans, il entre dans un corps de volontaires à cheval, organisé pour accompagner le premier Consul en Italie.


Un événement littéraire : Henri-Charles de Thiard (1724-1793) est enfin reconnu : la centaine de lettres est très largement dépassée. Le comte de Thiard correspond très régulièrement avec Grimm, Voltaire, les philosophes, Louis XVI, les ministres, Necker… Son style, parfait et plein d’esprit, cache des saillies redoutables. L’Histoire au jour le jour : La grande histoire vue par un homme de bon sens, familier des rois, dévoué à la reine. Observant Paris et les provinces, spécialement l’Ouest et la Bretagne, acteur des plus grands drames de la Révolution, il voit, dans les mêmes lieux, les véritables bouleversements dont Chateaubriand est témoin dans les Mémoires d’outre-tombe. Un roman : L’ascension passionnante d’un cadet de famille sans fortune : général intrépide mais réfléchi, gouverneur de provinces avisé, gentilhomme des Lumières, libéral, il opte pour des réformes dans la mesure. Ce sont simplement les chroniques d’un homme, emporté auprès du roi dans toutes les journées tragiques de la Révolution, qui verra ses illusions s’écrouler en même temps que le régime. Il avait cru jusqu’au bout en l’homme, et périra, avec élégance, victime inéluctable du changement qu’il avait souhaité. Bernard Alis poursuit ces chemins de la mémoire dans le XVIIIe siècle, où la réalité dépasse parfois la fiction. Si sa méthode est de s’appuyer sur des sources rigoureuses, avec notes et références détaillées, le lecteur, en tout cas, y trouvera son plaisir.

Il lui écrit une lettre qui témoigne de sa volonté et de son ambition :   Général, je n’ai que 16 ans, mais je suis fort. Je sais trois langues assez bien. Trop jeune pour être soldat, j’ose vous demander d’être votre aide de camp. Qui n’en a pas comme cela ? Belle qualité pour un soldat, qui, par état, est presque toujours enroué. Je ne lui trouve rien du tout d’extraordinaire.

Il ressemble à un faucheux avec ses éternelles jambes. Il eut en effet un rôle militaire, puis diplomatique. Peinture de Meissonier : 1814, Campagne de France. Retraite après la bataille de Laon : Napoléon et son état-major.

Le titre de comte de l’Empire et le grade de commandeur de la Légion d’honneur lui furent accordés un peu plus tard. Napoléon, il manque partir avec lui à Sainte-Hélène, mais est retenu par sa mère. Avec les derniers fidèles de l’empereur, il tente vainement d’imposer le roi de Rome. Talleyrand réussit à faire rayer son nom de la liste des personnes qui devaient être exilées de France. Toutefois il doit s’éloigner pour quelque temps des sphères du pouvoir. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. En 1830, le comte de Flahaut achète, pour 250 000 francs, l’hôtel de Massa.