Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme. Directions pour la conscience d’un roi. T. 6 PDF

La joie de l’âme est dans l’action . Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme. Directions pour la conscience d’un roi. T. 6 PDF famille Lyautey compte de nombreux militaires.


Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme…. Directions pour la conscience d’un roi. T. 6 / par M. l’abbé de Condillac,… ; par François de Salignac de La Motte-Fénelon,…
Date de l’édition originale : 1775
Sujet de l’ouvrage : Éducation des princes — Italie — 18e siècle — Ouvrages avant 1800
Comprend : Directions pour la conscience d’un roi

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Immobilisé, il passe son temps à lire des livres d’histoire et est grisé par l’épopée napoléonienne mais aussi par les récits des explorateurs, des voyageurs et des missionnaires. Dès qu’il est débarrassé de son corset, il s’applique à fortifier son corps par des exercices tels que la course à pied, l’escalade et l’équitation. C’est l’époque où il rencontre Prosper Keller, Olivier de Fremond, Antonin de Margerie et Albert de Mun. En 1875, classé 29e sur 281, il sort de Saint-Cyr et est admis en janvier 1876 à l’École d’application d’État-major, installée à Paris. En 1882, promu capitaine, il est muté au 4e régiment de chasseurs à cheval à Bruyères, dans les Vosges. Lyautey rencontre bientôt, à l’occasion d’une revue militaire, le général L’Hotte, inspecteur de la cavalerie en résidence à Tours et ancien écuyer en chef du Cadre noir, qui, séduit par la personnalité du jeune officier, le choisit comme aide de camp.

Autant de nouveautés qui transforment son 1er escadron en escadron modèle. Comme il est proche de Paris, cela permet à Lyautey des contacts faciles avec le milieu intellectuel. Un homme joue à l’époque un rôle clé auprès de lui, il s’agit du diplomate et écrivain Eugène-Melchior de Vogüé, comme Albert de Mun partisan du catholicisme social. Séduit par sa conception de l’armée nouvelle et les réformes qu’il a engagées, Vogüé lui demande en 1891 d’écrire un article pour la célèbre Revue des deux Mondes qui est intitulé Du rôle social de l’officier dans le service militaire universel, réédité par la suite sous le titre Le rôle social de l’officier. Le battage fait autour de cet article fondateur est tel que les lettres d’encouragement et les dons affluent de toute la France.

Il est désabusé, car il s’attend à trouver une garnison de plus, l’exotisme en prime. Saïgon, il est reçu par le gouverneur général Lanessan et le courant passe tout de suite. Il esquisse pour Lyautey tout un pan de la doctrine que ce dernier appliquera plus tard au Maroc. Il rejoint l’état-major du corps d’occupation à Hanoï, au Tonkin.

C’est là qu’il fait une deuxième rencontre décisive, celle de Gallieni. Fort de ses vingt ans de colonies, Gallieni lui expose sa doctrine :  la conquête civilisatrice . Lyautey le suit en campagne, le voit pacifier des régions frontalières et construire des villes. Gallieni doit partir pour Madagascar où la situation est mauvaise.