Cours de stenographie : systeme Prevost-Delaunay PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Les voyelles dans un alphabet consonantique sont cours de stenographie : systeme Prevost-Delaunay PDF dictées par la phonologie : le lecteur doit connaitre la langue pour lire toutes les voyelles.


Tous les alphabets consonantiques connus s’écrivent de droite à gauche, à l’exception de l’alphabet ougaritique, qui s’écrit de gauche à droite. Cependant, certains alphabets consonantiques anciens comme le phénicien ou le protosinaïtique pouvaient s’écrire en boustrophédon. Dans les langues sémitiques, on utilise un alphabet consonantique où les voyelles longues sont notées à l’aide des matres lectionis, mais pas les voyelles courtes. Dans les alphabets consonantiques, il est fréquent que les lettres changent plus ou moins de forme selon leur place dans le mot : une lettre en début, milieu et fin de mot n’a pas nécessairement la même graphie, c’est un cas de variante contextuelle. Cette classification des alphabets fut inventée par Peter T. Beaucoup d’alphabets sont dérivés d’un système logographique originel. Un alphabet consonantique est une scriptio defectiva,  écriture défective  : la graphie nécessite du lecteur qu’il connaisse déjà la phonologie de la langue pour lire correctement.

Abjad, mode d’ordonnancement archaïque des lettres de l’alphabet arabe selon l’ordre levantin. On utilise toutefois dans cet article le terme alphabet consonantique pour lever toute ambiguïté, car abjad est un terme qui a désigné au cours de l’histoire un type de numération arabe, ainsi que l’ordre Abjad de l’alphabet arabe en opposition à d’autres modes d’ordonnancement concurrents. Les signes de vocalisation sont des aides à la lecture de textes rédigées en alphabet consonantique, souvent des diacritiques ajoutés aux glyphes principaux. Ils servent à aider les débutants qui ne sont pas encore familiarisés avec la langue cible, comme les enfants ou les locuteurs non-natifs. En dehors des textes pour débutants, ils sont optionnels et souvent omis. Cependant, dans un cadre religieux, ils répondent à la demande d’exactitude, et sont ajoutés pour ne pas trahir l’intention première d’un texte sacré.

Les signes de vocalisation et de cantillation sont donc aujourd’hui presque systématiquement présents dans la littérature sacrée. La transcription exacte lettre par lettre est « A-l-ʿ-r-b-y-h » : il n’y a qu’une seule voyelle écrite au début du mot, tandis qu’à l’oral il y en a cinq. Un alphabet consonantique pur n’indique aucune voyelle. La majorité des alphabets consonantiques sont impurs: on y note quelques voyelles, au moyen de diacritiques ou de glyphes à part entière. La classification fine des alphabets a été proposée par Peter T.