Création et évolution : Une journée de réflexion avec Benoît XVI PDF

Un article de Création et évolution : Une journée de réflexion avec Benoît XVI PDF, l’encyclopédie libre. Cet article est une ébauche concernant la culture juive ou le judaïsme et le christianisme. Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.


Cet ouvrage regroupe les actes du colloque que les anciens élèves du professeur Ratzinger ont organisé à Castel Gandolfo du 1er au 3 septembre 2006 à l’initiative de Benoît XVI. Les médias ne manquèrent pas de s’intéresser à cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre des débats toujours actuels sur la création et l’évolution, la foi et la science, la place du design ou du hasard dans le processus d’évolution de notre monde. De nombreuses appréhensions ont vu le jour à ce propos : on craint notamment que l’Église puisse revenir sur sa position au sujet de la foi en la création et de la doctrine de l’évolution. Les enjeux sont pourtant clairs :  » Il ne s’agit de prendre parti ni pour un créationnisme qui se ferme par principe à la science, ni pour un évolutionnisme qui ruse avec ses propres lacunes et ne veut pas voir, au-delà, des notions qui dépasseraient les possibilités méthodologiques de la science. Il s’agit plutôt de mettre en avant le jeu interactif entre différents niveaux de la raison, un jeu grâce auquel s’ouvre aussi le chemin de la foi  » (Benoît XVI).

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Le Premier Jour de la création, Chronique de Nuremberg, 1493. La création fait référence à l’idée d’un commencement du monde selon l’œuvre de Dieu dans le Livre de la Genèse. Dieu agit plutôt comme un géographe, ordonnant et réordonnant le monde, maintenant une relation directe avec tous les êtres et les choses, sans déléguer forcément à l’homme une place prépondérante. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.

La Création du monde, baptistère de Padoue. Origène a écrit des homélies sur la Genèse. La création et le temps  font l’objet de la partie XI des Confessions de Saint Augustin. Saint Augustin voit dans les créatures deux natures possibles : l’essence et la substance. François d’Assise faisait des sermons aux oiseaux, et il aimait les animaux en général. Il a composé le Cantique des Créatures.

L’affirmation de la création est au centre de la pensée de saint Thomas d’Aquin. Renaissance, la Kabbale juive eut un équivalent chrétien : la Kabbale chrétienne. Luther trouve dans la lecture faite par saint Paul de la vie d’Abraham une réponse à ses questions : c’est par la foi que l’homme devient juste, plus que par le strict respect de la loi. Dieu, il garde la création dans le Père par le Fils. Elle diffère du créateur par son existence par rapport à son essence.