Déserteurs ! PDF

La loi française vous autorise à télécharger un fichier seulement déserteurs ! PDF vous en possedez l’original. Toutes les nouvelles publiées sur le site appartiennent a leurs propriétaires, le site n’est pas résponsable de leur utilisation!


Ces officiers ou sous-officiers étaient issus soit des grandes écoles militaires françaises soit d’écoles de formation de sous-officiers soit du rang. Ils ont déserté l’armée française entre 1956 et 1961, durant la guerre d’Algérie. Les premiers ralliements datent de 1956 à titre individuel et isolé, leurs désertions étant motivées par la cause nationaliste ou pour d’autres raisons. Ils sont nombreux parmi les déserteurs à combattre aux côtés des combattants de l’ALN et beaucoup d’entre eux sont morts durant les combats. Ils ont connu une promotion rapide au sein de l’ALN, ils mettaient la technique professionnelle militaire au-dessus du politique. Ils entendaient bien trouver dans une Algérie indépendante des avantages de carrière supérieurs à ceux qu’ils avaient laissés en quittant l’armée française.

Wybot dans le but de  franciser  de l’intérieur la future armée du pays indépendant et maintenir l’Algérie sous l’influence française. Les hommes que nous glissons dans le dispositif adverse, souvent à des postes subalternes, nous les aidons à conquérir progressivement de l’importance au sein de la rébellion. Nous leur permettons par exemple de passer des armes, de l’argent pour l’ALN. Leurs convois clandestins sont protégés par la DST alors que les transports d’armements d’autres chefs de l’ALN sont saisis. D’après l’historien Mohamed Harbi :  Sur les quelques 500 déserteurs, certains étaient sans doute sincèrement déterminés à épouser la cause de leur nouvelle patrie.

Selon les déclarations de l’ancien ministre de la défense le général Khaled Nezzar il avait avancé le chiffre de 15 000 déserteurs qui ont rejoint l’ALN. Interview réalisé le 12 juillet 2012 par la chaine Anahar TV. Saïd Ait Messaoudene fut major de la promotion 1955. On le considère comme le créateur de l’aviation algérienne.

Constantin Melnik, De Gaulle, les services secrets et l’Algérie, Nouveau Monde éditions, 2010. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 2 septembre 2018 à 11:16. Naar navigatie springen Naar zoeken springen Hieronder volgt een volledige lijst van albums van De Blauwbloezen. Qui veut la peau du général ? Deze pagina is voor het laatst bewerkt op 26 nov 2018 om 22:41. Gelijk delen, er kunnen aanvullende voorwaarden van toepassing zijn.

Zie de gebruiksvoorwaarden voor meer informatie. Sauter à la navigation Sauter à la recherche La désertion est l’acte d’abandonner ou de retirer l’appui à une entité à laquelle quelqu’un avait prêté serment ou avait prétendu devoir allégeance, responsabilité ou loyauté ou à laquelle il avait été contraint d’appartenir. Par exemple, dans le corps médical, la désertion médicale peut être considérée comme l’acte d’abandonner, de refuser de secourir, ou de retirer l’appui au patient, alors que le médecin prête le serment d’Hippocrate, de porter assistance, sans distinction, que ce soit du lieu d’exercice à la nationalité du patient. Dans le corps judiciaire, la désertion judiciaire est considérée comme le fait d’abandonner, ou de retirer l’appui de la justice pour laquelle l’assermenté a prêté serment, à toute personne jouissant de ses droits d’être défendu, comme au regard du respect des textes législatifs, et qu’en ceci les représentants de l’État peuvent être condamnés au regard de la loi pour refus de servir la justice.

Dans une unité militaire, la désertion est l’acte de quitter l’unité. La désertion est considérée très souvent comme un crime grave, particulièrement en temps de guerre, mais les peines varient très largement, de la peine de mort à la dégradation. L’affiche du Groupe des conscrits de la Fédération communiste anarchiste, octobre 1912. Article détaillé : Désertion pendant la Première Guerre mondiale. Article détaillé : Déserteur au cours de la Première Guerre mondiale en France.

306 soldats de l’armée britannique furent fusillés pour désertion, mutinerie ou refus de combattre. 750 militaires de l’armée italienne furent exécutés pour le même motif. Officiellement, l’armée allemande n’a eu que 28 exécutions pour ce motif. Plus d’un million de déserteurs russes pour l’année 1917. Affiches posées dans les rues de Dantzig en février 1945 avertissant les soldats que s’enfuir avec les civils serait considéré comme de la désertion. Environ 100 000 personnes ont été condamnées à des peines d’emprisonnement.

Les Forces armées des États-Unis comptèrent environ 40 000 déserteurs officiellement recensés. Les autres reçurent pour la plupart des peines de travaux forcés de moins de six mois. Plusieurs militaires du bloc de l’Est sont devenus des transfuges et passèrent dans le camp occidental. De la fin de la guerre de Corée à aujourd’hui, on compte six déserteurs américains vers la Corée du Nord en passant par la Zone coréenne démilitarisée entre 1962 et 1982.