Dakar l’insoumise PDF

République du Sénégal et de la région de Dakar. Sous la double action des apports migratoires depuis les campagnes et de l’accroissement naturel, la région de Dakar dakar l’insoumise PDF’est très rapidement développée.


Rencontre avec ceux qui, aujourd’hui, dans tous les domaines, dessinent le visage neuf, insolite, de villes ouvertes à l’expérimentation. Certes Dakar demeure l’empire de la débrouillardise, de la récupération en tout genre, de l’extrême adaptabilité à  » l’environnement urbain « . Mais elle ne s’en tient pas à cette image déjà dépassée. Tout se passe comme si l’afropessimisme ne suffisait plus à expliquer une réalité complexe : la ville change, se créolise, sait jouer sa note baroque si nécessaire. Des expériences originales, des modèles positifs y résistent d’abord par la ténacité de leurs innovateurs. Ils sont médecins, militants, journalistes, créateurs, chefs d’entreprise, chercheurs, artistes, écrivains, écologistes, professeurs… Avec un point commun : ils se battent, doutent parfois, mais ne baissent jamais les bras. Vingt-six d’entre eux font ici l’objet d’un portrait, mais ils sont emblématiques de centaines d’autres et témoignent de la très forte résistance des Sénégalais. C’est face aux difficultés quotidiennes, aux plans d’ajustement structurel et devant l’incroyable désengagement de l’Etat qu’il a fallu survivre, donc combattre. Dakar, l’insoumise, a rendez-vous avec l’universel, elle doit aujourd’hui  » muter ou périr « .

Métropole macrocéphale, elle accueille la moitié de la population urbaine du pays. Sa situation à l’extrémité occidentale de l’Afrique, sur l’étroite presqu’île du Cap-Vert, a favorisé l’installation des premiers colons, puis le commerce avec le Nouveau Monde, et lui confère une position privilégiée à l’intersection des cultures africaines et européennes. Articles connexes : Histoire du Sénégal et Île de Gorée. Dakar ou encore presqu’île du Cap-Vert a toujours été administrée par un gouvernement de la République lébou depuis 1793. D’ailleurs quand Protêt débarque à Dakar, il trouve sur place les lébous avec qui ils ont signé des accords. Les premiers habitants sont des Mandingues. Ce sont eux que découvre le navigateur portugais Dinis Dias lorsqu’il débarque sur ces rivages en 1444.

Tekrour, un royaume situé au nord-est du fleuve Sénégal, commencent à s’y établir. Dans l’intervalle l’Île de Gorée toute proche, que Dinis Dias avait d’abord nommée Palma, attise davantage les convoitises. Anglais et les Français, l’île connaît une histoire plus mouvementée. L’idée d’une expansion sur le continent fait son chemin. Conduites par le capitaine Protet, les troupes françaises prennent possession de la côte en 1857. Un petit fort y est construit, sur lequel le pavillon français est hissé. Malgré la construction de quelques maisons de commerce, la bourgade n’est pas encore une vraie ville.

Le colonel du génie Émile Pinet-Laprade est son véritable fondateur. Un premier plan cadastral est élaboré en juin 1858. La nouvelle cité ne se développe pas sans mal. En 1869 une épidémie de choléra fait des ravages et Pinet-Laprade y succombe lui-même le 17 août. En parallèle, notamment avec la construction de la gare et de la ligne de chemin de fer, la ville rivalise aussi avec Saint-Louis.