De Blériot à Dassault, histoire de l’industrie aéronautique en France : 1900-1950 PDF

Il a volé pour la première fois en 1907 dans un avion de sa conception. En 1909, il obtient de Blériot à Dassault, histoire de l’industrie aéronautique en France : 1900-1950 PDF brevet de pilote no 1 délivré en France. Entre 1905 et 1909 il a produit 11 prototypes dont le fameux Blériot XI avec lequel il fut le premier à traverser la Manche en avion le 25 juillet 1909. Il commence ses études à l’Institution Notre-Dame en 1882.


Blériot qu’il a créés connaissent un succès certain dans la fabrication de phares à acétylène pour l’industrie automobile alors en pleine expansion. Le Blériot I est un oiseau mécanique à ailes battantes, d’1,50 mètre d’envergure, pesant 10 kg et mû par un moteur léger à acide carbonique de son invention fournissant environ deux chevaux. En janvier 1901, ce modèle s’envole. Ferdinand Ferber, à qui il voue une sincère admiration. Les crashs de plusieurs prototypes lui vaudront le surnom peu flatteur de « Roi des paquerettes » par la presse de l’époque. Voisin  dans lequel Blériot se donne le rôle de concepteur et où Voisin devait jouer celui de mécanicien. Le Blériot III est dépourvu de moteur et fut remorqué sur la Seine par le canot Antoinette.

Il capote après s’être brièvement détaché de l’eau à la suite d’un coup de vent. Ayant besoin d’un moteur et grâce à Ferber, il rencontre Léon Levavasseur qui est soutenu financièrement par Gastambile et Mengin. Le concepteur essaya sa création le 12 novembre 1906 à Bagatelle. Le 21 mars 1907, Blériot essaie son monoplan dénommé  le Canard , no 5 de la nomenclature Blériot. Les ailes, gauchissables et incurvées, rappellent par leur profil l’aile de certains oiseaux planeurs. Blériot VI : juin 1907, avion à ailes en tandem, surnommé la libellule.