De l’ame, et de son immortalité PDF

Dans la cinquième partie de l’Éthique, Spinoza traite de l’éternité de l’âme. Son souci est de s’écarter du concept métaphysique traditionnel de l’ame, et de son immortalité PDF’immortalité.


De l’ame, et de son immortalité . Seconde partie
Date de l’édition originale : 1751
Comprend : Essai sur la chronologie

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Toutes les preuves de l’immortalité de l’âme font intervenir, comme le ressort de l’argumentation, une thèse sur la substantialité de l’âme. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Nèphèsh vient vraisemblablement d’une racine qui signifie  respirer . Le terme français provient du mot latin anima, qui a donné  animé ,  animation ,  animal . Al-Kindi rapporte qu’Aristote considère l’âme comme une substance simple dont les actions se manifestent dans les corps. L’âme est personnifiée dans la mythologie grecque par Psyché. Cantilène de sainte Eulalie  composée en l’an 900.

Vers 1100,  la Chanson de Roland  utilise ce terme sous la forme  anme . L’usage commun contemporain oppose les termes  âme  et  esprit . Le nom  esprit  désigne les facultés intellectuelles de l’Homme, considérées dans leur ensemble, tandis que le nom  âme  signale un esprit humain doté principalement de facultés morales. L’allusion à la mort évoque aussi le terme  fantôme . De nombreuses conceptions religieuses, philosophiques, et psychologiques, ne peuvent se traduire en français que par ce terme unique d’âme. La notion d’âme joue un grand rôle dans les croyances religieuses. Par extension, tout élément naturel, par exemple une montagne , est considéré dans certaines cultures comme investi d’une âme avec laquelle il serait possible d’interagir.

Cette perception est propre à l’animisme. Article détaillé : Composition de l’être dans l’Égypte antique. La culture égyptienne antique, de l’époque des premières pyramides à l’invasion hellénique sous Alexandre le Grand, utilisait un ensemble de notions spécialisées pour décrire l’entité psychosomatique du Pharaon. Appelée Atma, jivatma, anu-atma, ou encore vijnanam brahman dans l’hindouisme, l’âme serait logée dans le cœur,  siège de la conscience .

Dans la Bible hébraïque Nephesh est l’un des mots traduits par âme. L’équivalent en grec dans la Septante et le Nouveau Testament est Psyché en grec. Dans le texte Biblique, l’homme ne possède pas une âme, il est une âme. Chacun jouit donc du libre arbitre, y compris en matière de mener sa vie. L’âme est marquée par le péché originel. Pour les catholiques, l’âme est immortelle et le jugement après la mort fait en sorte qu’elle va au ciel, au purgatoire ou en enfer en attendant le Jour du jugement, principalement en fonction du péché originel et des autres péchés mortels qu’ils ont commis pendant leur vie. Dans le dogme sunnite, l’âme est l’une des plus grandes créations de Dieu.