De l’argent à soi : Les préoccupations sociales des femmes à travers leur rapport à l’argent PDF

La composition de cette mission figure au verso de la présente page. QUELLE EFFICACITÉ DE L’De l’argent à soi : Les préoccupations sociales des femmes à travers leur rapport à l’argent PDF JUSQU’À AUJOURD’HUI ?


Séparer scrupuleusement dans son porte-monnaie son argent personnel de l’argent du couple, acheter une maison familiale avec deux hypothèques séparées ou vouloir contribuer autant que son mari au compte du ménage alors qu’on gagne moins que lui. Ces pratiques, pouvant a priori être considérées comme futiles, dérisoires, voire irrationnelles, et qui sont parfois dénigrées comme bassement calculatrices par les partenaires masculins, nous renseignent sur les préoccupations des femmes. Par la mise en oeuvre de ces usages de l’argent, elles intègrent au quotidien les notions d’égalité et d’autonomie. Leur rapport à l’argent révèle un souci de soi, une réflexivité permanente sur leurs pratiques, qui leur permet de façonner leurs dispositions et de se construire comme sujet. L’appropriation de l’idéal démocratique d’égalité et d’autonomie par les femmes relève ainsi d’un véritable travail personnel de transformation de soi. En montrant qu’aujourd’hui les femmes travaillent leur émancipation sur un mode individuel et non collectif, et sans mobiliser la critique des rapports sociaux de sexe, cette recherche qualitative renouvelle la question de l’héritage du féminisme des années 1970. L’argent parle. Dans cet ouvrage éclairant, profond et remarquablement écrit, Laurence Bachmann explore ce que l’argent dévoile sur les relations entre hommes et femmes. Jusqu’à présent, l’argent des hommes, hautement patriarcal, a toujours dit :  » Tu as besoin de moi ; fais ce que je dis.  » L’argent des femmes actives professionnellement rétorque soit  » Je garde le silence, je t’obéirai encore « , soit  » Je n’ai pas besoin de toi  » et  » Tu ne devrais pas avoir besoin de moi.  » Mais cette recherche met en évidence la nécessité de questionner la base culturelle de l’individualisme de marché, de fonder l’égalité des sexes sur une vision de communauté morale partagée, de sorte que l’argent puisse plus souvent dire, en toute honnêteté :  » Voici mon présent pour nous tous.  » Arlie Hochschild, UC Berkeley, auteure de  » The Cornmercialization of Intimate Life « ,  » The Time Bind  » et  » The Second Shift « .

LA DÉMOGRAPHIE, PIERRE ANGULAIRE DU DÉVELOPPEMENT : QUELLES NOUVELLES APPROCHES ? ANNEXE 4 : LA RÉFORME RELATIVE À L’ÉLIGIBILITÉ DES PRÊTS EN APD ADOPTÉE EN DÉCEMBRE 2014 AU CAD DE L’OCDE, ET SES CONSÉQUENCES. L’aide publique au développement française se trouve aujourd’hui à un moment décisif de son histoire. Cet effort interviendrait alors que le paysage de l’aide publique au développement dans le monde a profondément évolué, et à un moment où les besoins du monde en développement ont également considérablement changé. Alors que l’aide au développement a longtemps été conçue comme un simple transfert de richesse du Nord vers le Sud, il est devenu évident que rien n’est simple en matière de développement.

Dans ce contexte, l’aide publique au développement a plus que jamais un rôle à jouer, mais un rôle qui évolue continuellement, dans un paysage institutionnel de plus en plus éclaté et face à des situations de plus en plus variées et complexes. La première partie de ce rapport pose très simplement la question de la finalité de l’aide publique au développement et de son bilan au cours des dernières années. Alors que le monde évolue et que le développement progresse d’une manière globale, l’aide publique au développement doit s’adapter aux multiples évolutions qui ont lieu, parfois très rapidement. Mais il importe de ne pas lâcher la proie pour l’ombre et de ne pas perdre de vue les objectifs premiers de l’aide, qui visent à sortir de la pauvreté les pays qui en ont le plus besoin.

Multiplier les objectifs, les sous-objectifs et les indicateurs peut conduire à une dispersion qu’il faut éviter. La deuxième partie du rapport concerne la trajectoire programmée de l’aide française et vise à rappeler que l’augmentation prévue ne saurait être simplement quantitative, mais doit s’accompagner à la fois des rééquilibrages nécessaires demandés depuis longtemps par le parlement, et de mesures d’accompagnement qui paraissent indispensables à la lumière des expériences étrangères, notamment allemande et britannique. La troisième partie du rapport traite du pilotage de l’aide française, qui a fait l’objet depuis maintenant vingt ans d’une série de réformes n’ayant jamais abouti à un résultat pleinement satisfaisant, notamment parce qu’elles n’ont jamais remis en cause l’éclatement administratif de l’aide, pendant de son éclatement budgétaire. Les quatrième et cinquième parties du rapport concerne deux thématiques qui ont paru à la mission fondamentales, la démographie et la sécurité. La démographie, qui fait l’objet de la quatrième partie, conditionne largement les chances de développement d’un pays.

L’exemple du Niger, où la mission s’est rendue au mois de mai 2018, permet d’illustrer la complexité et l’importance de cette thématique. La sécurité, qui fait l’objet de la cinquième et dernière partie, est quant à elle à la fois une condition indispensable au développement et une des conséquences que l’on peut en attendre. L’aide publique au développement a émergé progressivement entre la fin de la Seconde guerre mondiale et la fin de la décolonisation. Les modalités de l’aide ont depuis lors considérablement évolué, mais ce sont surtout ses finalités qui ont connu d’importants bouleversements.