De la culture en Amérique PDF

La culture de la Jamaïque est une combinaison des différentes cultures des peuples ayant habité l’île. Les premiers habitants, les Taïnos, les conquérants espagnols puis les britanniques ont tous fait une contribution dans la formation de la culture jamaïcaine. Les premiers habitants des Caraïbes, dont la Jamaïque, furent les Arawaks, parfois appelés les Taïnos. Malgré cela, des linguistes et anthropologues pensent qu’il pourrait toujours y avoir des éléments de la culture Taïno en De la culture en Amérique PDF, comme dans l’utilisation de certains mots dérivés de mots Taïno.


Pourquoi n’y a-t-il pas de ministère de la Culture aux États-Unis Comment peut-on reprocher à la gris aux Américains leur impérialisme culturel et leur absence de culture ? Pour comprendre ces paradoxes, Frédéric Martel a entrepris une grande enquête, sans précédent. À partir des archives inédites et de sept cents entretiens dans trente-cinq États, il reconstitue la politique culturelle américaine, de, John F Kennedy à Barack Obama. Ce faisant, il décrypte aussi le fonctionnement de la philanthropie, des fondations, du mécénat et met au jour le rôle central du gouvernement, la mission artistique des universités et la diversité culturelle américaine. Un système global et complexe apparaît alors, particulièrement efficace et totalement méconnu : si le Ministère de la Culture n’est nulle part, la vie culturelle est partout. Ce tableau, riche en nuances, ébranle nos certitudes; il reflète, en miroir, les contradictions, entre mythes et réalités, de notre propre système culturel. Depuis sa parution, De la culture en Amérique est devenu un ouvrage de référence sur les politiques culturelles en général et sur les États-Unis en particulier. Il a été traduit et discuté dans de nombreux pays.

Le christianisme est le plus grand groupe religieux en Jamaïque. De nombreux musiciens jamaïcains ont commencé la musique dans les églises chrétiennes de leur pays. Des éléments de religions africaines anciennes persistent dans certaines régions, ces pratiques étant souvent décrites comme étant Obeah ou Kumina. L’un des aspects connus de la culture jamaïcaine est le mouvement rastafari, qui s’est exporté en partie grâce au reggae jamaïcain, qui évolua des rythmes ska. Les plus anciens témoignages artistiques en Jamaïque sont des sculptures et des pétroglyphes Taïno. Pendant la période esclavagiste, l’héritage culturel africain est totalement prohibé.

L’art est donc produit en Jamaïque par des artistes européens itinérants qui visitent les plantations et peignent la vie autour d’eux en adoptant un style et un point de vue européens. Ils peignent essentiellement des paysages et des portraits des planteurs et de leur famille. Fifty Spectacular Views of Jamaïca et Hakewille, qui visite la Jamaïque en 1820 y peint des aquarelles. L’art jamaïcain ne se dégage des mouvements européens qu’à partir des années 1920 avec les artistes du courant intuitif, souvent rattaché à l’art naïf et au mouvement rastafari. La danse est un élément important de la culture jamaïcaine.