De la part de la princesse morte PDF

La cocarde représentant Hortense aux côtés de sa mère Joséphine. Ses de la part de la princesse morte PDF vivent séparément lorsqu’éclate la Révolution française.


«Ceci est l’histoire de ma mère, la princesse Selma, née dans un palais d’Istanbul…». Ce pourrait être le début d’un conte ; c’est une histoire authentique qui commence en 1918 à la cour du dernier sultan de l’Empire ottoman. Selma a sept ans quand elle voit s’écrouler cet empire. Condamnée à l’exil, la famille impériale s’installe au Liban. Selma, qui a perdu à la fois son pays et son père, y sera «la princesse aux bas reprisés». C’est à Beyrouth qu’elle grandira et rencontrera son premier amour, un jeune chef druze ; amour tôt brisé. Selma acceptera alors d’épouser un raja indien qu’elle n’a jamais vu. Aux Indes, elle vivra les fastes des maharajas, les derniers jours de l’Empire britannique et la lutte pour l’indépendance. Mais là, comme au Liban, elle reste «l’étrangère» et elle finira par s’enfuir à Paris où elle trouvera enfin le véritable amour. La guerre l’en séparera et elle mourra dans la misère, à vingt-neuf ans, après avoir donné naissance à une fille : l’auteur de ce récit.

En 1795, Hortense entre à douze ans dans la pension de Mme Campan à Saint-Germain-en-Laye puis fréquente à sa majorité la haute société consulaire. L’année suivante, le général Bonaparte se voit confier par Barras le commandement de l’armée d’Italie et épouse la maîtresse du directeur dont, par jalousie masculine, il modifie le prénom : Marie-Josèphe devient Joséphine. Après son mariage avec leur mère, Napoléon décide d’adopter Hortense et son frère aîné, Eugène, le 8 mars 1796. En 1799, Bonaparte prend le pouvoir et donne à la France un nouveau type de gouvernement : le Consulat.

16 ans, Hortense est la fille de l’homme le plus puissant de France. Joséphine, qui tient à se concilier la famille Bonaparte qui la jalouse, voire la hait, souhaite une nouvelle union pour sceller l’alliance des familles Bonaparte et Beauharnais. Hortense devient ainsi la belle-sœur de son beau-père. En 1804, Louis et Hortense font l’acquisition du château de Saint-Leu, qu’elle conserve jusqu’en 1815 et où elle donne des fêtes brillantes. Louis, hypocondriaque, souffre d’une obsession de la persécution, d’une paralysie du bras droit et d’une maladie vénérienne jamais soignée.