De la religion en Amérique. Essai d’histoire politique PDF

La critique de la religion, qui peut émaner tant de la religion elle-même que de milieux sécularisés, remonte à l’De la religion en Amérique. Essai d’histoire politique PDF. Signalons aussi les conflits iconoclastes qui ont rythmé les différents courants religieux monothéistes.


En Amérique, tout semble imprégné de valeurs et de références religieuses : la politique, la morale, l’enseignement et jusqu’à la vie intime. Comme si l’esprit des premiers puritains continuait à régenter les lois et les mœurs de cette vieille démocratie. C’est ce rapport entre religion et politique, constitutif de l’identité nationale américaine depuis trois siècles, qu’explore le présent ouvrage.

Il analyse la foi des pèlerins, la montée en puissance des sectes évangéliques, la « guerre des Bibles » entre catholiques et protestants au XIXe siècle, l’invocation du Credo anglo-protestant contre l’afflux des nouveaux immigrés, l’annonce de la « mort de Dieu » dans les années 1930, ou l’usage plus récent du fondamentalisme religieux à des fins électorales… Au fil des chapitres, il met en évidence deux conceptions rivales de la nation : l’une, séculière, qui puise ses racines dans l’héritage des Lumières ; l’autre baignée dans la culture des puritains et ses avatars. Dès l’origine, les Fondateurs ont érigé un « mur de séparation » entre l’Église et l’État – qui sera parfois ébranlé et toujours reconstruit.

Mais cet essai ne se limite pas au seul discours de l’Amérique sur elle-même. Il ne cesse de solliciter, de Voltaire à Sartre, le regard tantôt avisé et plus souvent biaisé des Français, séduits par l’exotisme d’une Amérique si étrangère à leur tradition nationale et à leurs habitudes de pensée.

Moyen Âge certains critiques sont sortis du cadre théologique. Article détaillé : Relation entre science et religion. Le développement de la science s’est souvent heurté à des dogmatismes religieux. La science est la discipline du doute, de la vérification et de la remise en question. Elle exige que chaque être humain puisse faire, refaire, les expériences et raisonnements passés. Avec le développement de la philosophie et de la science, les penseurs grecs ont opposé la raison à la croyance, la connaissance à l’ignorance, le monde des idées au monde des dieux.

La mort de Socrate est un événement marquant dans l’histoire de l’humanité. La religion était perçue comme un outil politique pour réguler la vie de la cité. Qu’ils ne pouvaient en rien expliquer par leurs causes. De tout interpréter comme un signe divin.