De la syphilisation appliquée aux enfants PDF

De la syphilisation appliquée aux enfants PDF d’injection classique du vaccin, le muscle deltoïde. L’Organisation mondiale de la santé estime que la vaccination est l’une des interventions sanitaires les plus efficaces et les plus économiques. Des méthodes empiriques de variolisation sont apparues très tôt dans l’histoire de l’humanité, grâce à l’observation du fait qu’une personne qui survit à la maladie est épargnée lors des épidémies suivantes. Il s’agissait d’inoculer une forme qu’on espérait peu virulente de la variole en mettant en contact la personne à immuniser avec le contenu de la substance qui suppure des vésicules d’un malade.


De la syphilisation appliquée aux enfants / par W. Boeck,… ; traduit de l’allemand par J.-A. Hagen,…
Date de l’édition originale : 1856
Sujet de l’ouvrage : Syphilis

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

La pratique s’est progressivement diffusée le long de la route de la soie. Anglais sont plus philosophes et plus hardis que nous. En 1760, Daniel Bernoulli démontra que, malgré les risques, la généralisation de cette pratique permettrait de gagner un peu plus de trois ans d’espérance de vie à la naissance. Pour la première fois, des années 1770 jusqu’en 1791, au moins six personnes ont testé, chacune de façon indépendante, la possibilité d’immuniser les humains de la variole en leur inoculant la variole des vaches, qui était présente sur les pis de la vache. En 1796, le médecin anglais Edward Jenner fera la même découverte et se battra afin que l’on reconnaisse officiellement le bon résultat de l’immunisation. Le principe d’action de la vaccination a été expliqué par Louis Pasteur et ses collaborateurs Roux et Duclaux, à la suite des travaux de Robert Koch mettant en relation les microbes et les maladies. Cette découverte lui permit d’améliorer la technique.

Le but principal des vaccins est d’induire la production par l’organisme d’anticorps, agents biologiques naturels de la défense du corps vis-à-vis d’éléments pathogènes identifiés. Cette production d’anticorps diminue progressivement dans un délai plus ou moins long, fixant ainsi la durée d’efficacité du vaccin. Les anticorps sont produits par des lymphocytes B se transformant en plasmocytes. Les défenses immunitaires ainsi  stimulées  par le vaccin préviennent une attaque de l’agent pathogène pendant une durée pouvant varier d’un vaccin à l’autre.