Denis Roche : l’un écrit, l’autre photographie PDF

Elle vit et travaille entre Paris, Denis Roche : l’un écrit, l’autre photographie PDF York et Los Angeles. Elle pratique la peinture, la sculpture, la photographie et la vidéo, et réalise des installations et performances. Dans son travail, elle fait le choix d’écrire son pseudonyme en lettres capitales : ORLAN. Dès les années 1960 et 1970, Orlan interroge le statut du corps et les pressions politiques, religieuses, sociales qui s’y inscrivent.


Denis Roche est l’auteur d’une œuvre où l’écriture et la photographie ne cessent de se croiser. Elles s’informent, s’emboîtent, se joignent, se saisissent l’une de l’autre, s’infléchissent, se transcrivent, se transposent. Il en résulte une œuvre difficile, énergumène, rétive à la reprise critique, dessinant une trajectoire capricieuse : courbes, diagonales, sauts d’obstacles, apparentes ruptures. C’est la logique de ces mouvements (et de leurs vitesses, de leurs rythmes, de leurs coupes) que l’on essaie ici d’interroger à nouveau, avec les outils qu’il faut (on les invente au besoin) pour circuler dans cette œuvre par voie technique, poétologique, performative, circonstancielle, projective, comparative, littérale. Il s’agit de lire Denis Roche au collimateur, aux machines, ou encore de l’observer à la lumière des lucioles.

Son travail dénonce la violence faite aux corps et en particulier aux corps des femmes, et s’engage ainsi dans un combat féministe. Avec cette série, le corps de l’artiste devient un lieu de débat public. Orlan explore également l’utilisation des nouvelles technologies dans le domaine des arts. Minitel, par le Minitel et pour le Minitel.

Orlan tente ensuite d’élargir encore les frontières de l’art contemporain en utilisant les biotechnologies pour créer une installation intitulée Manteau d’Arlequin, faite à partir de cellules de l’artiste et de cellules d’origines humaine et animale. Parallèlement, Orlan enseigne à l’École nationale supérieure d’arts de Cergy-Pontoise. En juin 2013, elle porte plainte contre Lady Gaga pour plagiat. Pour Orlan, la star américaine, dans l’album Born This Way sorti en 2011, s’inspire trop librement de ses  hybridations .

Expérimentale mise en jeu, 2015 : Jeu vidéo dans lequel le spectateur, au moyen de bracelets MYOS, contrôle un avatar de l’artiste. Le but du personnage est de restaurer des œuvres qui ont été détruites, à chaque progression dans la restauration, le personnage central construit son humanité et finalement le paysage en ruine se reconstruit. Self-hybridations Masques de l’Opéra de Pékin, Facing Design et réalité augmentée, 2014 : Série de self-hybridations la plus récente de l’artiste dans laquelle elle hybride son visage avec des masques typiques de l’Opéra de Pékin. Cette série photographique interactive fait intervenir la réalité augmentée. La liberté en écorchée, 2013 : Cette vidéo 3D donne à voir le corps de l’artiste et modélisé en 3D. Robes sans corps : Sculptures de plis , 2010 : Sculptures de drapés sans corps, en résine doré à la feuille ou en platinium.