Des animaux et des hommes PDF

La rage est une zoonose causée par un Lyssavirus de la famille des Rhabdoviridae. De ce virus, on connaît 7 génotypes, dont 6 peuvent être transmis à l’homme. Le virus est transmis par la salive. En Europe, la rage se retrouve surtout chez les animaux sauvages, comme le renard, le chien viverrin et la chauve-souris, mais en Afrique, en Asie et en Amérique du sud, la maladie est plus répandue et beaucoup de chiens des animaux et des hommes PDF également infectés.


L’infection par la rage tue environ 55. Des victimes humaines sont assez rares en Europe. Dès que les symptômes apparaissent, la rage mène toujours à la mort chez les hommes et les animaux. Il faut qu’un traitement soit entamé dans les 24 heures après l’infection, donc avant l’apparition des premiers signes de la maladie. Découverte d’une chauve-souris suspecte ou morte : qui fait quoi ?

En Europe de l’Ouest, ce sont les renards qui constituent le réservoir le plus important de la rage. De plus, ils sont aussi un important vecteur. A la fin des années 60, la lutte contre la rage comprenait la mise à mort des renards afin d’en diminuer la population et d’éviter une plus grande dispersion de la maladie. Il est apparu que cette méthode était peu efficace et, de plus, elle n’était pas justifiable d’un point de vue éthique et écologique. La Belgique a commencé la vaccination des renards en 1989.

Entre 1989 et 1991, cinq campagnes de vaccination ont été effectuées dans une région infectée de 10. Ainsi, l’incidence a été fortement limitée. Cependant, un région infectée transfrontalière persistait dans le sud du pays. C’est pourquoi, les campagnes de vaccination ont été poursuivies tout le long de la frontière avec la France, le Luxembourg et l’Allemagne. Grâce à la vaccination des renards, les pays frontaliers sont également en passe d’éliminer la maladie.

Seule l’Allemagne, au cours de la période 2005-2008, a connu une résurgence de la maladie à Hessen et ensuite dans le Rheinland-Pfalz et le Baden-Württemberg, probablement à la suite d’une vaccination déficiente. Cette diffusion de la maladie a été entretemps mise sous contrôle grâce à l’intensification de la vaccination des renards. Ailleurs en Europe, la rage est encore un problème, principalement dans les pays de l’Est. La maladie n’y est pas uniquement observée chez les renards mais aussi chez les autres carnivores sauvages comme les chiens viverrins. La Commission européenne essaie de renforcer la lutte dans ces pays en soutenant les divers programmes de lutte que les autorités de ces pays ont initiés. Les virus de la rage qui infectent les chauves-souris, sont d’un autre génotype que le virus classique de la rage, mais ils peuvent également être transmis à l’homme.

En Belgique, tous les chiens doivent être identifiés et posséder un passeport européen. Tous les responsables de chiens doivent obligatoirement faire identifier et enregistrer ceux-ci  avant qu’ils ne soient vendus ou donnés ou, en tout cas, avant que le chien n’ait atteint l’âge de huit semaines. L’identification se fait au moyen d’une micropuce. Le vétérinaire agréé ne peut délivrer de passeport européen qu’après identification de l’animal. Dans ce cas, des règles particulières sont d’application. Pour que la vaccination contre la rage soit considérée comme valable, l’animal doit être identifié et posséder un passeport européen.

Si nécessaire, le vétérinaire peut encore identifier l’animal et délivrer son passeport au moment de la vaccination. La période de validité de la vaccination doit être calculée conformément aux instructions de la notice et doit être inscrite sur le passeport européen. Pour une première vaccination, dite primovaccination, la période de validité commence au plus tôt 21 jours après la vaccination. Depuis 2001, la Belgique est officiellement indemne de la rage. C’est pourquoi, on a une très petite chance d’être infecté dans notre pays.

Toutefois, la rage se manifeste fréquemment dans d’autres pays, en Europe et surtout en dehors de l’Europe. Le risque que la maladie soit à nouveau introduite ne peut donc pas être sous-estimé ou minimisé. Fin 2007 et début 2008 deux cas ont été détectés dans notre pays. Dans les deux cas, un chien contaminé qui ne présentait pas de symptômes a été importé illégalement du Maroc. Lorsque les symptômes sont apparus, des mois plus tard, il a fallu traiter au total près de 100 personnes par une vaccination d’urgence et l’administration d’antisérum.

Si vous voyagez à l’étranger et si vous emportez votre chien, chat ou furet, l’animal doit être vacciné contre la rage. C’est une mesure prise afin d’éviter que votre chien ou chat soit infecté, après contact avec un animal infecté à l’étranger. Certains états membres demandent, en plus de la vaccination et le certificat de santé, des conditions supplémentaires. Prenez contact à temps avec votre vétérinaire et avec l’Unité lociale de contrôle de l’AFSCA la plus proche.