Des arbres à abattre: Une irritation PDF

On les définit souvent comme ayant une forte conscience écologique. Les Bishnoïs vivaient paisiblement dans des villages isolés loin des centres de peuplement, mais depuis une dizaine d’des arbres à abattre: Une irritation PDF, ils sont de plus en plus nombreux à vivre en ville. Ils seraient environ 700 000 dans l’ouest de l’Inde.


Forêt, forêt de haute futaie, des arbres à abattre : tel est le cri du cour (et le cri de guerre) que ne peut s’empêcher de pousser le comédien du Burgtheater au cours du dîner artistique donné en son honneur, à l’issue de la première du Canard sauvage, par les époux Auersberger, représentants on ne peut plus typiques de cette société artistique viennoise que l’auteur-narrateur abhorre et avec laquelle il se flatte d’avoir rompu une bonne fois pour toutes quelque trente ans auparavant. Forêt, forêt de haute futaie, des arbres à abattre : parole emblématique opposant à une réalité monstrueusement tangible de l’artifice social le rêve d’un état naturel révolu (et peut-être à réinventer), mais aussi formule magique susceptible de calmer la formidable irritation qui gagne le narrateur au contact renouvelé de cette épouvantable société artistique viennoise qu’il s’était juré de fuir à jamais et à laquelle il est bien forcé de constater qu’il n’a pas cessé d’appartenir.

Une femme bishnoïe barattant le lait, et une jeune chèvre. Shahad 6 : mhe sare na bheta sîkh na puchhi, nîrat surat sab jani :  Je n’ai jamais été disciple d’une école pour demander la connaissance. Mais j’ai su la piété en consacrant mon moi à Dieu. Shahad 9 : jîva upper jor karije, antikal hoysi bharu,  si tu exprimes ta force en molestant les animaux, la fin de ta vie sera douloureuse . Shahad 10 : re binhi gunhe jîv kyon maro,  pourquoi est-ce que tu tues les animaux qui sont innocents ? Govardhan, mais aussi rafraîchissant et agréable que l’eau, aussi doux que les fruits. Shabad 16 : lohe hunta kanchan ghadio, ghadio tham suthau.

Shabad 17 : sodat sagar so subhyagat, bhavan bhavan bhikhiyari. Bhikhi lo bhikhiyari lo, je adi param tant lado,  la personne capable peut chercher l’élément divin même sous la mer. Une fois que l’élément divin est trouvé, on ne se soucie plus alors des possessions mondaines et on peut vivre seulement avec les aumônes collectées d’une maison à une autre. Shahad 19 : roop anoop ramu pinde brahande, ghat ghat aghat rahayo,  Moi la forme de Dieu suis présente en toute chose, laide ou superbe, visible ou invisible, et j’erre en ce monde au sein de la plus petite des particules à l’intégralité de l’univers. Je suis présente dans le cœur de chaque créature et même dans les choses impossibles. Shahad 20 : ja ja daya na maya, ta ta vikram kya,  Là où la compassion et l’amour ne sont pas présents, les bonnes œuvres ne peuvent arriver. Shahad 44 : kay na pali jîv dayo,  pourquoi n’es-tu pas amical envers les animaux ?

Shabad 64 : jeev vinashe lahe karne,  pourquoi tu tues des animaux par égoïsme ? Shahad 69 : sar santey rookh rahe to bhi sasto jaan,  si un arbre peut être sauvé, même au prix de la tête de quelqu’un, cela en vaut la peine . Temple bishnoi Muktidhâm mukâm-nokha, Bikaner, Rajasthan. Les 29 commandements ont donné naissance au nom bishnoï :  bish , comme vingt, en hindi, et  noï , neuf. La tradition dit :  untis dharam ki akhari, hirdye dhario joye, jambheji kirpa kari, nam bishnoi hoye , soit  celui qui suit honnêtement ces 29 niyams que Jambheji a offert, peut porter le nom de Bishnoï . Mère Nature et le monde entier et de dévotion au Seigneur.

Ne pas dénigrer, déprécier derrière le dos, qui que ce soit. Ne jamais se livrer aux inutiles et excessives discussions, débats, disputes, controverses. Ne pas consommer ni vendre de l’opium. Ne pas consommer du tabac et ses dérivés. Ne pas consommer ni vendre du cannabis.