Du mécanisme d’action des médicaments à la thérapeutique: Sciences du médicament PDF

L’effet placebo peut être produit par des substances inertes, par une intervention chirurgicale fictive et par de fausses informations, comme lors de la stimulation cérébrale profonde produite par des électrodes implantées dans le cerveau d’un malade de Parkinson. Les placebos sont utilisés en recherche médicale dans les groupes contrôles pour l’évaluation de traitements médicaux. Un médicament efficace est défini par du mécanisme d’action des médicaments à la thérapeutique: Sciences du médicament PDF efficacité supérieure à celle d’un placebo ou par son efficacité supérieure au médicament de référence.


Cet ouvrage aborde les principales classes thérapeutiques médicamenteuses par disciplines médicales. Les mécanismes d’action, effets thérapeutiques et recommandations concernant les effets iatrogènes qu’elles sont susceptibles d’induire y sont détaillés sous forme de fiches synthétiques, claires et didactiques grâce à une structure systématique : mode d’action/propriétés, indications, effets indésirables, contre-indications et précautions d’emploi, interactions médicamenteuses, modalités de prescription, conseils au patient, etc. Des encadrés permettent de repérer rapidement les points essentiels à retenir et de nombreux schémas et tableaux sont proposés afin de synthétiser et fixer les connaissances. Des QCM avec corrigés en fin d’ouvrage permettent enfin de s’entraîner et s’autoévaluer. Un mini-site Internet complète cette offre en donnant accès à des tableaux de posologie détaillés et des exercices en ligne.

Néanmoins, globalement, l’effet placebo comparé à une absence de traitement ne se traduit par aucun effet clinique important. La réponse placebo varie en fonction de plusieurs facteurs : contexte thérapeutique, personnalité du médecin, attentes du patient, nature de la relation médecin-patient, forme, coût et complexité du traitement, etc. Article détaillé : Histoire du placebo et de l’effet placebo. Placebo pur : il s’agit d’un traitement dénué de toute substance ou effet actif.

L’effet d’un médicament actif comporte pour une part un effet placebo, par exemple si le patient ressent une baisse de douleur alors que la substance ingérée n’est pas encore active. Les conclusions des auteurs rapportent :  Nous n’avons globalement identifié aucun effet clinique important associé aux interventions placebos. Néanmoins, dans certains contextes, les interventions placebos peuvent avoir un impact sur les résultats rapportés par les patients, en particulier la douleur et les nausées, mais il est difficile de distinguer les effets rapportés par les patients d’un éventuel biais de notification. Le premier essai de ce style date du début des années 1950.

Le placebo peut être également utilisé à titre d’aide au diagnostic dans les troubles fonctionnels, quoique l’efficacité symptomatique du placebo ne soit pas un argument suffisant pour conclure à l’absence de pathologie organique. Le placebo peut aussi être utilisé pour sevrer progressivement un patient de façon explicite : « Voici des placebos d’apparence identique à vos médicaments habituels. Vous prendrez au hasard un placebo la première semaine par mélange préalable, puis deux la semaine suivante, et ainsi de suite, jusqu’à n’avoir plus de traitement, et arrêterez tout traitement ainsi, progressivement ». Après l’anesthésie, il ne doit pas pouvoir savoir s’il a été opéré ou pas. Des placebos existent dans l’évaluation de  mesures physiques .

Par exemple, un placebo d’acupuncture fait en piquant des points non utilisés en acupuncture traditionnelle. Dépendance : certains cas de toxicomanie au placebo ont été décrits, comparables à ceux de la morphine, avec des signes de manque, bien que d’intensité nettement plus légère. Effets indésirables : les placebos amènent des effets latéraux, voire des effets négatifs. Ce phénomène a été regroupé sous le nom d’effet nocebo. Il n’a pas été mis en évidence de profil type de patient répondeur au placebo, que ce soient des critères intellectuels, culturels, ethniques ou psychopathologiques. Les pathologies répondant au placebo sont celles dont la charge émotionnelle et la part psychosomatique sont les plus grandes, telles que dépression, douleur chronique, asthme, troubles digestifs, etc. L’effet placebo est plus important pour les actes techniques, en particulier chirurgicaux.

Le placebo a, comme tout médicament, une pharmacocinétique et une pharmacodynamie. Notamment, la voie d’administration influe sur l’intensité de l’effet et la rapidité d’action. Les injections ont un effet placebo plus fort que les pilules. L’aspect et la couleur sont également déterminants, une solution rouge étant plus active qu’une solution incolore, un comprimé bleu ayant un effet tranquillisant. Une étude de 2006 sur 82 patients montre l’influence du coût du placebo sur l’efficacité. Dans cette expérience, la moitié du groupe reçoit un comprimé présenté comme similaire à la codéine et d’une valeur de 2,50 dollars, la seconde moitié se voit informé que le prix du comprimé fait l’objet d’une remise et a une valeur de 0,10 dollars. Le docteur en économie Dan Ariely explique à la suite de cette étude qu’il a dirigée que  le prix n’est qu’une des variables du marché, au même titre que l’emballage ou la marque, qui peuvent accentuer l’effet placebo.

Une étude de la revue Neurology de 2015 sur 12 patients atteints de la maladie de Parkinson montre que l’effet placebo est plus efficace si les patients croient que le produit administré est cher :  L’injection du placebo présenté comme une substance active chère a entrainé une amélioration deux fois plus importante qu’avec la substance présentée comme la moins chère. Cette découverte renforce l’importance du rôle de la dopamine dans le cerveau. Le mécanisme du conditionnement est connu depuis Pavlov, et il s’applique aussi lors de la prise d’un placebo. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Une attente produite par l’annonce d’un effet positif à venir grâce au produit placebo entraîne une libération d’endorphines chez le sujet placebo-répondeur. Article détaillé : Étude randomisée en double aveugle.