Economie du sport et entrepreneuriat PDF

Le candidat étant présenté au Parlement qui doit l’approuver ou non. Sans prendre en compte le président, un clair parallélisme peut être établi, en gardant certaines distances, entre les commissaires européens et les ministres nationaux. Jusqu’en 2004, economie du sport et entrepreneuriat PDF plus grands États membres avaient deux commissaires à la Commission et les plus petits États n’en avaient qu’un.


L’économie du sport est un champ d’étude récent dans les sciences sociales et économiques. Jusqu’à présent, l’analyse portait principalement sur le comportement des  » grands  » et des  » médiatiques  » (grandes entreprises, les institutions internationales, les médias, les stars et les clubs vedettes) et finalement peu sur les  » petits  » acteurs, tels les petites et très petites entreprises ou encore les travailleurs indépendants. L’auteur, tout en démontrant l’importance d’une économie du sport maximaliste centrée sur le profit, la croissance et la logique du marché, prouve que l’activité des petites structures et le phénomène entrepreunarial sont tous deux prépondérants.

Le traité de Nice spécifiait aussi que, dès lors que le nombre de commissaires atteindrait 27, le nombre de commissaires devait être  inférieur au nombre d’États membres . Le nombre exact de commissaires devait alors être décidé à l’unanimité par le Conseil européen et ses membres devaient tourner de manière égale entre les États membres. Le projet de Constitution européenne prévoyait que le nombre de commissaires devait égaler les deux tiers du nombre d’États membres. Ceci pouvait être changé par un vote du Conseil européen, au cas où cela aurait été trop important à l’avenir. Chaque commissaire est proposé, en fonction des recommandations de son État membre d’origine, par le président de la Commission au Conseil européen qui propose à son tour au Parlement européen un collège de commissaires. Chaque commissaire proposé fait l’objet d’une audition publique devant les commissions compétentes du parlement européen.

Le Président du Parlement européen Jerzy Buzek proposa en 2010 que les commissaires soient élus directement. Ils seraient placés par leurs États membres en tête des listes aux élections européennes. Chaque membre doit prêter serment, officiellement devant la Cour de justice de l’Union européenne, c’est la Déclaration solennelle devant la Cour de justice de l’Union européenne. Je prends acte de l’engagement de chaque État membre de respecter ce caractère et de ne pas chercher à influencer les membres de la Commission dans l’exécution de leurs tâches.

Je m’engage, en outre, à respecter, pendant la durée de mes fonctions et après la cessation de celles-ci, les obligations découlant de ma charge, notamment les devoirs d’honnêteté et de délicatesse quant à l’acceptation, après cette cessation, de certaines fonctions ou de certains avantages. Les commissaires démissionnaires assurent le fonctionnement normal de leur charge jusqu’à ce qu’un remplaçant soit désigné, ou, s’il s’agit d’une démission collective du Collège, jusqu’à la nomination d’une nouvelle Commission suivant la procédure normale. Les commissaires en fonction se limiteront à assurer le fonctionnement ordinaire de son portefeuille et prendront éventuellement des mesures d’urgence si elles venaient à être nécessaires. Sans préjudice des fonctions qui correspondent collectivement au Collège et à la Commission en tant qu’institution communautaire, il existe des fonctions déterminées, à caractère individuel et privatif, attribuées à chaque commissaire. Ces dites fonctions sont habituellement liées à une ou plusieurs Directions générales et, dans ce cas, à des services dans le cadre de responsabilité du commissaire. L’établissement, la configuration, la modification, la structure et le contenu politique des portefeuilles sont la compétence exclusive du président de la Commission qui les établit et les attribue librement à ses commissaires, tout en ayant la possibilité de les modifier ou d’en changer les titulaires à tout moment. De même avec les vice-présidents qui sont créés et supprimés par le Président, et chaque titulaire exerce les fonctions spécifiques déléguées par ce dernier.

Article détaillé : Vice-président de la Commission européenne. Son existence est potestative, même si tous les présidents ont jusqu’à présent fait usage de ce pouvoir de nomination de vice-présidents en en détachant un pour le placer au-dessus des autres, le Premier vice-président. Quand il n’y a pas de Premier vice-président, il distingue sa responsabilité par l’établissement d’une direction générale de la communication. Des passages de cette section sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Sony – BMG, contre Apple Inc.