Edith Piaf : Le temps d’illuminer PDF

Il est le deuxième de trois garçons, dont Jean est l’aîné, René le benjamin, nés français, alors que leur père n’a été naturalisé qu’en 1926. La mauvaise santé de leur mère, atteinte d’un pneumothorax, ramène la famille pendant quelques années dans edith Piaf : Le temps d’illuminer PDF Piémont. Fred ne réintègre la France qu’à l’âge de 13 ans.


1963-2008: voilà quarante-cinq ans que le moineau de Paris s’est envolé. A deux ans près, c’est le temps qu’aura duré son passage sur terre. Le temps qu’il a fallu à la môme Gassion pour devenir Edith Piaf. Le temps d’exorciser sa misère, ses souffrances, de les exprimer à la face du monde en les magnifiant de sa voix d’amour. Aimer… le maître-mot de Piaf. Dieu sait si on le lui a reproché ! Mais diable ! tous ces hommes qu’elle a aimés et souvent quittés avant qu’ils ne l’abandonnent eux-mêmes sont-ils venus jusqu’à elle, un couteau sous la gorge ? Certains étaient mariés ? Et alors ! Cela les a-t-il empêchés de se laisser happer par le  » spot Piaf « , tels des papillons de nuit attirés par les lumières des sunlights? Combien sont-ils à lui devoir une large part de leur réussite ? Edith Piaf, morte à quarante-sept ans, n’en finit pas d’exister dans la mémoire collective. Quarante-sept ans… Un temps si court, à la mesure d’un être si petit et si frêle, mais doté d’un cœur si grand qu’il pouvait tout embrasser, un être auréolé d’une âme si belle et si torturée qu’elle lui a survécu. Quarante-sept ans. Le temps de laisser au temps le privilège de ne jamais l’oublier. Le temps d’entrer dans la légende. Le temps d’illuminer…

Toute sa famille aimant chanter le bel canto, il a longtemps rêvé de devenir chanteur lyrique. 17 ans, il est instituteur remplaçant pendant un an, puis il part pour Lyon rejoindre les Compagnons de la Musique. Ténor et soliste des Compagnons de la chanson, il a donc d’abord intégré les Compagnons de la Musique. Fred poursuit depuis sa carrière en solo et il lui arrive encore de répondre à certaines sollicitations. Il est présent en octobre 2002 lors de l’inauguration, de la place des Compagnons-de-la-Chanson à Lyon, à proximité de la rue du Champvert. Un jour, Édith Piaf lui a dédicacé une photo en ces termes : « À Fred, mon concurrent direct pour Les Trois Cloches ». Ses deux enfants lui ont donné quatre petites-filles et un petit-fils.

Fred Mella a donné un concert le 14 décembre 2008 à l’Olympia, 25 ans après avoir fait ses adieux avec les Compagnons dans cette même salle. Le 29 septembre 2012, il clôt la soirée télévisée Hier encore à l’Olympia, organisée autour de Charles Aznavour, en interprétant Les Trois Cloches, soirée au cours de laquelle des jeunes interprètes reprennent les standards de la chanson française. Frédéric Quinonero, Édith Piaf, Le temps d’illuminer, préface de Fred Mella, Éditions Didier Carpentier, 2008. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 8 octobre 2018 à 14:45. Plaque apposée au 72, rue de Belleville.

Extrait de l’acte de mariage de ses parents. 4 septembre, alors que les combats de la Première Guerre mondiale font rage dans l’est de la France et que les Allemands menacent Paris. La présence des parents d’Édith Piaf à Sens s’explique par l’incorporation de son père, le 11 août 1914 au sein du 89e régiment d’infanterie. Ce dernier est cantonné, à l’époque, dans la caserne Gémeau, site aujourd’hui occupé par l’École nationale de police. Emmanuel Bonini confirme que la mobilisation du  seconde classe  Gassion est l’unique attache du couple avec Sens :  Ils s’y sont mariés au cours d’une permission de trois jours, alors qu’ils étaient domiciliés à Paris, rue du Château-des-Rentiers, dans le XIIIe arrondissement. Albert Bensoussan quant à lui conteste l’origine kabyle d’Edith Piaf, déclarant :  Le bébé sera donc bercé, peut-être, par des chants berbères du Maroc, encore que, là aussi, le récit flirte avec la légende.

Décor de la baraque de la Goulue de Toulouse-Lautrec, Emma Saïd pourrait être la danseuse mauresque assise à droite, derrière La Goulue. Sa mère, trop pauvre pour l’élever, la confie très petite à sa grand-mère maternelle, Emma Said Ben Mohammed qui habite rue Rébeval dans le XIXe arrondissement. Sa grand-mère ne se serait pas occupée d’elle, laissant la petite fille dans la saleté, ignorant l’eau et l’hygiène. On prend le train, on prie sur la tombe de Thérèse, on ramène de la terre qu’on lui applique en bandeau sur les yeux tous les soirs. Après huit jours environ, Édith est guérie. Elle portait une croix autour du cou et priait avant d’entrer en scène. En 1922, son père la reprend avec lui, pour vivre la vie d’artiste de petits cirques itinérants, puis la vie d’artiste de rue indépendant et misérable.

C’est, à l’image de sa mère, en chantant des airs populaires dans la rue avec son père qu’Édith révèle son talent et sa voix d’exception. En 1932, elle rencontre son premier grand amour, Louis Dupont, garçon-livreur âgé de 18 ans. Tous les deux s’installent à Montmartre et ont une fille, Marcelle, née le 11 février 1933. Louis ne supportant pas qu’Édith chante dans la rue avec sa fille sous le bras ou fasse boire des clients dans des boîtes de Pigalle, il reprend Marcelle avec lui. Deux ans plus tard, l’enfant meurt, sans doute d’une méningite, le 7 juillet 1935. 1935, Édith Piaf est découverte au coin de l’avenue Mac-Mahon et de la rue Troyon par Louis Leplée, gérant du cabaret Le Gerny’s, sur les Champs-Élysées. Elle rencontre également le tout jeune directeur artistique de Radio Cité, Jacques Canetti.

En 1936, Jacques Canetti lui propose de lui faire enregistrer son premier disque, Les Mômes de la cloche, chez Polydor, qui connaît un succès public et critique immédiat. Leplée qui l’avait engagée initialement une semaine, mais où elle triompha pendant sept mois jusqu’à l’assassinat de Leplée dans son lit. Radio Cité, dirigée par Marcel Bleustein et Jacques Canetti, lui ouvre son antenne. Quelques disques et un peu de scène ne peuvent néanmoins nourrir une artiste débutante.

Il la prend en main et la fait travailler pour en faire une chanteuse professionnelle de music-hall, à l’instar de ses rivales Renée Lebas et Léo Marjane. Pendant l’occupation allemande, Édith, qui a définitivement troqué  La Môme Piaf  contre  Édith Piaf , continue de donner des concerts. Au printemps 1944, elle se produit au Moulin Rouge où le tout jeune chanteur de music-hall Yves Montand, proposé par son producteur Émile Audiffred, passe en première partie de son spectacle. C’est également cette année-là que le père d’Édith meurt. Elle perdra sa mère l’année suivante. Piaf donne quelques récitals au cabaret, le Club des Cinq. C’est là que Marcel Cerdan l’entend pour la première fois.

Elle joue également à la Comédie-Française. Yves Montand devient à son tour une vedette du music-hall. Il débute au cinéma aux côtés de Piaf dans Étoile sans lumière, puis obtient son grand premier rôle dans Les Portes de la nuit, de Marcel Carné. Ils partent en tournée jusqu’en 1946, l’année où ils se séparent. Elle part ensuite avec ses protégés donner des concerts en Europe du Nord pendant l’année 1947. De 1946 à 1948, Piaf est la compagne de Jean-Louis Jaubert, le directeur des Compagnons. Hymne à l’amour, chanté sur scène pour la première fois en septembre.

Le 28 octobre 1949, Cerdan meurt dans un accident d’avion. Le vol Paris-New York d’Air France s’écrase aux Açores, alors qu’il venait la rejoindre sur sa demande. En 1951, le jeune auteur-compositeur-interprète Charles Aznavour devient son homme à tout faire et secrétaire, chauffeur et confident. En contrepartie, Édith Piaf dénicheuse de talents conseille Aznavour, lance sa carrière débutante, lui apprend les ficelles du métier.

Edith Piaf et Marlene Dietrich, 1959. L’événement est couvert par plus de soixante magazines. Piaf entame une première cure de désintoxication. Elle devient à cette époque une immense vedette de music-hall en Occident, notamment aux États-Unis, où elle remporte un triomphe en 1956 au Carnegie Hall de New York, dont elle devient une habituée. En 1959, la chanteuse s’effondre sur scène durant une tournée à New York. En 1960, l’auteur-compositeur-interprète québécois Claude Léveillée vient travailler avec elle à Paris.