Elégies de Duino PDF

Rainer Maria Rilke naît à Elégies de Duino PDF en 1875, alors en Autriche-Hongrie, dans une famille qui le destine très rapidement à la carrière des armes. Il étudie alors le commerce avant de revenir à Prague, où il exerce le métier de journaliste dans la presse germanophone. Cet amour enflammé se transforme progressivement en amitié réciproque et en admiration mutuelle, jusqu’à la fin de leur vie.


Pour traduire les Elégies de Duino, Maximine, elle-même poète depuis de nombreuses années, s’est attachée à faire entendre au plus juste la voix de Rilke. Son texte se révèle léger, chantant, tendu comme un fil au-dessus de l’aime. C’est une langue attentive et soumise à la forme, aux harmonies, aux rythmes, aux mystères rilkéens, qui rend à chacune des élégies l’amplitude de l’originale. Limpide et complice, cette traduction se place ainsi sous le signe d’une double fidélité : à Rilke et à la poésie.

En 1897, il change de prénom : de René Maria, il devient Rainer Maria. Il voyage en Italie puis en Russie avec Lou et son mari. Il rencontre à cette occasion, en 1899, Léon Tolstoï. En 1901, il épouse Clara Westhoff. Le couple s’installe à Westerwede, près de Worpswede.

Le couple se sépare un an plus tard. Il témoigne d’une grande admiration pour la méthode de travail du sculpteur, dont il rapporte une phrase célèbre dans une lettre à Clara :   il faut travailler, rien que travailler. Cette période est également marquée par l’angoisse et un sentiment d’oppression que Rilke ressent au contact de Paris, entre autres à la vue des hôpitaux et de la misère. De 1903 à 1904, Rilke séjourne avec Clara à Rome dans un atelier d’artiste situé dans la Villa Strohl-Fern, puis il voyage en Suède.

Il abandonne peu à peu la prose pour se consacrer à la poésie, plus apte selon lui à restituer les  méandres de l’âme . Son extraordinaire sensibilité ne supportait pas que rien ni personne l’approchât de trop près, et tout particulièrement un caractère masculin très marqué excitait en lui une sorte de malaise physique. Il se donnait plus facilement aux femmes dans la conversation. Il leur écrivait souvent et volontiers, et il était plus libre en leur présence. En 1910, il fait la rencontre décisive de la princesse Marie von Thurn und Taxis, née Hohenlohe-Waldenburg-Schillingsfürst, dans son château de Duino, alors en territoire autrichien, sur les bords de l’Adriatique.

Elle l’héberge fréquemment et devient son mécène jusqu’en 1920. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Rilke se trouve à Munich d’où il lui est impossible de retourner à Paris, alors son lieu de résidence. Cinq chants, qui présentent une image mythifiante de la guerre. Il rejette toutefois très rapidement cet élan d’enthousiasme pour déplorer cette guerre et s’enfermer dans un silence presque complet en ce qui concerne sa production poétique. En 1916, il est mobilisé dans l’infanterie, mais revient rapidement à la vie civile. 1919, il s’installe en Suisse et compose plusieurs recueils de poésies en français.